Woluwe-Saint Lambert

Nous sommes au 11e siècle, la forêt de Soignes est dense, la faune abonde. Une poignée d'hommes repèrent une petite rivière, la Woluwe. Ils décident de défricher la forêt pour s'y installer. Ils cultivent les terres, au fil du temps des habitations sont construites, une église est érigée. Elle sera dédié à Saint Lambert.... La Woluwe, l'église Saint-Lambert, voilà le destin de Woluwé-Saint-Lambert écrit. La Woluwe permet à des entrepreneurs de prospérer. Deux moulins à papier, dont le Moulin de Lindekemaele classé aujourd'hui, installés le long de la Woluwe alimentent le marché bruxellois. Le village se développe, de riches propriétaires acquièrent des terres, on y construit des châteaux, des villas....

Ce n'est qu'a la fin du 19e siècle que l'urbanisation va se développer, chic et choc. Styles Art Nouveau, Belle époque, Art Déco, style moderne, les villas sont belles, sont chics, sont chères. Le patrimoine est exceptionnel, citons en vrac, le château Malou, le Slot, le castel de Linthout, etc. Au fil des décennies, la commune va continuer à se développer tout en gardant un cadre de vie parmi les plus confortables à Bruxelles.

Les espaces naturels sont nombreux, il y a à Woluwe plus de 50 hectares de Parc, dont le Parc des Sources ou le site de l'Hof-ter-Musschen qui sont des espaces semi naturels extrêmement bien préservés.

Chaque année, en mars, la commune célèbre le carnaval avec sa traditionnelle cavalcade du Chien noir. Pendant tout le weekend, le quartier de Georges Henri est la scène du cortège folklorique Saint-Lambertien. La légende raconte qu’une monstrueuse créature canine, portant une chaîne autour du cou, esprit aquatique qui avait élu domicile dans les eaux de la Woluwe, effrayaient les passants s’aventurant trop près de sa tanière.

L. Bolly Barajas