Forest 1190

Juliette, commerçante : " C'est maintenant que tous les petits commerçants ont besoin de vous ! "

Juliette s’occupe d’Orybany, une boutique-atelier écoresponsable dans le centre de Bruxelles. Aujourd’hui, Juliette peut à nouveau accueillir des clients, mais elle reste inquiète et lance un appel aux citoyens pour soutenir les commerçants et les artisans locaux.

Juliette et son équipe ont terminé tous les préparatifs du côté du charmant quartier Saint-Géry dans le centre de Bruxelles. Leur boutique écoresponsable Orybany peut enfin rouvrir ses portes comme tous les autres commerces dits "non essentiels" à partir de ce mardi 1er décembre. " C’est un peu la course! On ne pensait pas que nous pourrions ouvrir du jour au lendemain. Nous sommes sur le pied de guerre pour pouvoir accueillir de nouveaux clients dans les meilleures conditions et en respectant les mesures sanitaires " explique Juliette. " Puis on rajoute de la décoration pour égayer un peu la boutique! "

Vivre ici avait rencontré Juliette en juin 2020. Elle nous avait présenté avec enthousiasme le projet qu’elle porte avec Florence et plusieurs artisans créateurs, " Orybany " : une boutique-atelier avec des produits artisanaux, éthiques, zéro déchet et respectueux des artisans. Après plusieurs années aux ateliers du marché du Tanneur, le projet Orybany s’est importé en 2019 à la Place Saint-Géry pour profiter de l’animation des Halles, des cafés et des restaurants aux alentours. " Actuellement, tout est fermé! Or, dans le centre-ville, tout est lié — les commerces, le monde culturel, l’Horeca. Nous allons en pâtir aussi de la fermeture des autres secteurs. "

Ainsi, si Juliette est heureuse de pouvoir rouvrir sa boutique, elle reste sceptique et inquiète quant au retour des clients. " Est-ce que les gens vont revenir dans le centre? Est-ce qu’ils ne vont pas se précipiter dans les grandes chaines au détriment des petites boutiques comme la nôtre? Est-ce qu’ils ne sont pas maintenant habitués à faire leurs courses en ligne? Nous avançons dans l’inconnu… et nous avons un peu l’impression de vivre sous une roulette russe depuis un bon moment… " nous confie-t-elle.

Le e-commerce, vraiment une solution ?

Lors du premier confinement, l’équipe d’Orybany en avait profité pour lancer leur e-shop — initialement prévu pour 2021. " C’était notre seul moyen de générer un peu de fonds pour l’ASBL. " Désormais, l’e-shop s’est développé et a pu être utilisé durant ces semaines de fermeture. Toutefois, pour Juliette, les commerces ne sont pas égaux sur le marché des e-commerces. " Tout le monde lance son commerce en ligne…Cela devient une jungle virtuelle où sont avantagés ceux qui ont les moyens financiers et les compétences techniques dans ce domaine. C’est une concurrence déloyale. " déplore Juliette.

Le problème de l’e-shop, c’est aussi de ne pas correspondre pleinement à la philosophie de certaines boutiques comme Orybany. " Nous sommes un commerce local, humain, de proximité… Nous devons nous adapter à des codes que nous ne connaissons pas forcément. Puis, même si des coachings existent, nous ne sommes pas des pro du numérique… " Pour Juliette, l’e-shop ne permet pas non plus de générer assez de revenus pour faire tourner la boutique-atelier.

Le spectre d’une fermeture définitive reste bien présent dans la tête de Juliette et de Florence. " Les artisans avec lesquels nous travaillons habituellement, nous le disent : ils perdent de plus en plus de points de vente. Des boutiques comme les nôtres ferment donc leurs portes. Puis, même si les portes sont à nouveau ouvertes, nous n’allons pas rattraper en un mois trois mois de fermeture et d’absences de bénéfices… "

SOS Orybany

Juliette et son équipe ne baissent pas les bras pour autant. Au contraire, depuis le premier confinement, la boutique a su se réinventer et proposer des activités innovantes comme des ateliers créatifs, un marché aux artisans, un système de vente " Click & Collect ", un projet de marché de Noël virtuel, des concours ou des paniers cadeaux pour les entreprises. " Le jour où on arrêtera, c’est qu’on sera vraiment à bout. "

Aujourd’hui, un appel aux dons a été lancé auprès de leurs proches, des clients habituels de la boutique, mais aussi du grand public… Pour ce faire, une tombola en ligne est prévue en cette fin d’année où chacun repartira gagnant avec des pièces uniques artisanales de la boutique. " L’esprit communautaire du projet Orybany nous a fait du bien et nous a apporté beaucoup de réconfort… Ce lien a été renforcé encore avec cette période difficile. Nous sommes une famille maintenant! " ajoute la coresponsable du projet.

A côté de toutes ces initiatives, Juliette lance un appel à tous les citoyens pour soutenir l’artisanat local et durable. " C’est maintenant que tous les petits commerçants ont besoin de vous. Il faut agir, sinon demain ça sera trop tard. Chaque petit geste compte! Si les Belges ne font pas des achats solidaires, de nombreuses boutiques locales connaîtront des faillites. Et nous, on n’y échappera pas... "

Plus d’informations sur la boutique Orybany sont à retrouver sur leur site internet. N’hésitez pas à vous rendre aussi sur " Les e-shops belges " où sont repris de nombreux e-commerces belges, locaux et artisanaux.

Maxime Maillet