Auderghem 1160

Trottinettes électriques: comment réglementer la jungle?

D’une flotte de quelques dizaines en août 2018, les opérateurs aujourd'hui actifs à Bruxelles ont porté le contingent à plus de 5000.

Les trottinettes électriques en libre service ont de plus de plus de succès. En un an, le nombre d'engins (également achetés par des particuliers) a profondément modifié le paysage de la mobilité à Bruxelles. Enjeu de mobilité et de sécurité, comment réglementer la jungle des trottinettes électriques? Trois invités sur le plateau de CQFD pour en parler: Benoît Godart, porte-parole de Vias (Institut Belge pour la Sécurité Routière), Elke Van Den Brandt, ministre bruxelloise de la Mobilité (Groen) et Sylvain Niset, CEO de Poppy.

Les trottinettes partagées ne sont que la partie émergée de l'iceberg

"La trottinette dans la conscience collective est associée à un jouet, affirme Benoît Godart pour illustrer cette problématique, "or ici ce sont de véritables engins de déplacement. Il faut distinguer un public un peu plus professionnel, qui se tourne vers l'achat des trottinettes et qui est mieux équipé - près de la moitié porte un casque, selon l'enquête de Bruxelles Mobilité, ils roulent à la bonne vitesse, occupent le bon espace... Par contre, pour un public un peu plus ludique, qui utilise parfois la trottinette pour sortir, des problèmes peuvent se poser".

Et de préciser que les trottinettes en libre service ne sont que la partie émergée de l'iceberg, "il y a une véritable dynamique, de plus en plus de gens se tournent vers cette solution de micro mobilité", observe le porte-parole de Vias.

Jusqu'à 40 accidents par mois à Bruxelles

Le boom des trottinettes a aussi entraîné un boom des accidents. Jusqu'à 40 accidents de trottinettes sont traités chaque mois aux urgences du CHU Saint-Pierre à Bruxelles et parmi ceux-ci, environ 40% concernent la tête des usagers qui omettent trop souvent le port du casque.

"En termes de sécurité, explique Sylvain Niset, on a limité la vitesse de nos trottinettes à du 20km/h (le maximum légal est de 25km/h, Ndlr) et on a prévu des messages de sécurité basiques pour les usagers qui commencent, on prévoit aussi la distribution de casques aux utilisateurs lors de nos événements".  

Elke Van Den Brandt reconnaît l'enjeu de sécurité, doublé d'une opportunité: "C'est une plus grande offre aux Bruxellois, qui peuvent laisser leur voiture de côté, pour se déplacer à Bruxelles", explique la ministre qui vient justement de réunir une task force impliquant tous les acteurs de la micro mobilité, les opérateurs, les zones de polices et les communes bruxelloises, pour mieux encadrer l'utilisation des trottinettes, réglementée depuis le 1er septembre par une ordonnance bruxelloise. 

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Catherine Tonero

Retrouvez l'article original sur RTBF