Auderghem 1160

Hôtels bruxellois : l'année 2016 tristement historique malgré une reprise en fin d'année

D'abord une bonne nouvelle: la fréquentation des hôtels bruxellois lors de la nuit de la Saint-Sylvestre est en hausse. D’après les chiffres de la Brussels Hôtels Association (BHA), le taux de fréquentation du 31 décembre 2016 était de 85 %.

C’est nettement mieux que l’année précédente. En décembre 2015, le climat était encore particulièrement anxiogène à Bruxelles après le lockdown et les attentats de Paris du 13 novembre. Le taux d’occupation avait alors drastiquement chuté à 64 %.

Habituellement, les hôtels bruxellois sont presque totalement remplis pour le réveillon, avec un taux d’occupation de 95 %, c’est l’une des meilleures nuitées de l’année. Pour le secrétaire général de de la BHA, Rodolphe Van Weyenbergh c’est une bonne nouvelle.

"On le voit, les chiffres sont naturellement meilleurs que l’année passée et cela se confirme sur tout le mois de décembre. Le taux d’occupation des hôtels est de 60,7 % pour le mois de décembre dernier contre 52,2% en décembre 2015. En décembre 2014, celui-ci était encore 71,2 %, on n’assiste pas encore à un retour à la normale qui prendra plus de temps mais ces signaux de fin d’année sont encourageants. "

La pire année depuis depuis le 11 septembre 2001

La Brussels Hôtels Association a également compilé les chiffres de toute l’année 2016. Le constat est flagrant. Les taux d’occupation en 2016 ont été historiquement bas.  Sur toute l’année, le taux d'occupation global est de 61,8 % c’est beaucoup moins qu’en 2015 avec 72 % et qu'en 2014 avec 73 %. Cette chute, c’est du jamais vu depuis septembre 2001 et les conséquences des attentats sur le sol américain. "Les résultats de 2016 sont la conséquence cumulée du lockdown et menace terroriste qui a rendu cette année tristement historique", explique Rodolphe Van Weyenberght.

Mais le secrétaire général de la BHA se veut optimiste pour 2017. "Les autorités sont conscientes des difficultés et ont pris des mesures de soutien économique importantes tant au Régional que Fédéral. Il faut maintenant poursuivre la relance, qui se dessine depuis le mois de novembre, en continuant à travailler sur l’attractivité de Bruxelles".

Les 4 et 5 étoiles un peu plus impactés

En allant encore un peu plus loin dans les chiffres, on constate également qu’il y a une différence entre les catégories d’hôtels. En deux ans, les hôtels trois étoiles ont subi une baisse de taux d’occupation de 14 % avec un taux d’occupation global de 67,3 % en 2016.

Mais la perte est encore est un peu plus importante pour les quatre et cinq étoiles avec une chute de 16 %. Le taux de remplissage pour les hôtels haut de gamme est de 58,4 % en 2016 alors qu’il était encore près de 70 % en 2014.

Rodolphe Van Weyenbegh esquisse une explication : "Cela pourrait être dû à certains segments qui ont été davantage affectés, comme par exemple la clientèle américaine ou encore les city-trips du luxe qui ont été annulés au niveau européen, sans négliger la baisse de clientèle du Moyen-Orient même si cette baisse est moindre qu’à Paris".

 

 

 

Aline Delvoye

Retrouvez l'article original sur RTBF