Woluwe-Saint-Pierre 1150

Les "fake news" s'étudient à la Maison de l'Histoire européenne

"Fake For Real" vous plonge dans l'histoire du mensonge et de la contrefaçon. L'exposition est de nouveau accessible jusqu'en octobre 2021.

La Maison de l’Histoire européenne invite ses visiteurs à réfléchir sur leur perception et leur attitude face au vrai et au faux. L’expo vous fait en effet pénétrer dans le monde du mensonge, de la non-vérité et de la contrefaçon au sein d’une exposition intitulée "Fake for Real".

Réparties dans une approche chronologique de l'Antiquité à la période contemporaine, pas moins de 200 pièces remarquables, en provenance de l’ensemble de l’Europe, racontent l’épopée de la falsification et de la tromperie. Vous pouvez consulter des archives "effacées" d’empereurs romains, des reliques parfois grossièrement manipulées des Saints au Moyen-Âge, des récits de voyages qui se sont avérés fictifs, des documents relatifs à la non-existence d’une armée inventée par les Alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale (le plan Bodyguard), mais aussi la fausse Donation de Constantin qui a permis à la papauté de justifier ses prétentions politico-territoriales ou encore les lettres utilisées pour accuser Dreyfus de trahison.

Tous ces "témoignages" apportent aussi la preuve que les émotions, les convictions et les croyances personnelles exercent une influence sur la façon dont nous entendons appréhender le monde avec sérénité ou alors volontairement le truquer.

La communication sur la pandémie liée au Covid-19, ainsi que la désinformation - sujets très actuels - sont également abordés. Les vérités et contre-vérités circulent comme le virus et il importe dès lors de ne pas perdre sa raison critique, mais aussi de faire preuve de civisme pour démasquer et damer le pion à la tromperie. En juin dernier, le musée a d’ailleurs ajouté une nouvelle vitrine à son exposition permanente, "Documenter le Covid", avec des objets qui illustrent le profond impact social, économique et culturel provoqué par la pandémie de coronavirus, ainsi que les thèmes communs de solidarité, d’espoir et de résilience.

Par ailleurs, l’exposition temporaire présente un astucieux dispositif de miroirs à l’entrée et un chemin labyrinthique à travers les divers thèmes abordés, qui mettent les visiteurs dans le bain de la mystification. La dernière section de l’exposition, intitulée "Une ère de post-vérité", est un espace interactif avec des jeux et des vidéos pour permettre aux visiteurs de vérifier eux-mêmes la véracité de certains faits évoqués et de décider ce qui mérite en fin de compte d’être publié ou censuré. Ils peuvent aussi jouer avec une "bulle-filtre" qui évalue la façon dont fonctionnent les médias sociaux.

L’exposition est accessible à la Maison de l’Histoire européennele lundi de 13h00 à 18h00, du mardi au vendredi de 09h00 à 18h00 ainsi que le samedi et le dimanche de 10h00 à 18h00. La Maison se situe dans le Parc Léopold au cœur de Bruxelles. L’entrée est gratuite, mais les réservations en ligne sont obligatoires.

Belga avec Vivre ici