Jette 1090

Zone basse émission à Bruxelles: "Je préfère payer l'amende que de me séparer de ma voiture"

Depuis janvier, 40.

Depuis janvier, 40.000 nouveaux véhicules sont, en théorie, bannis des routes bruxelloises. Des diesel ou essence anciens qui ne respectent plus les critères de la LEZ, la zone de basse émission de la Région. Pourtant, malgré les amendes qui s'annoncent, certains veulent résister. C'est le cas d'Olivier, un Bruxellois qui préfère payer des amendes salées, plutôt que renoncer à son break. Nous l'avons rencontré.  

Difficile de retrouver une compagne aussi confortable

Entre Olivier et son allemande, l'histoire dure depuis 15 ans. "Effectivement, je trouve que ce serait stupide de devoir se séparer", lance le conducteur. Malgré son âge et le fait qu'elle soit désormais interdite de rouler à Bruxelles, il ne trouve encore à sa compagne de route que des qualités. "C'est une voiture dont la valeur neuve était de 55.000 euros en 2004. Elle a des phares au xénon, quatre roues motrices, le GPS, les sièges chauffants à l'avant et à l'arrière, l'intérieur cuir, l'air conditionné, et bien d'autres. Elle était "full options" à l'époque".  


►►► À lire aussi : Zones de basses émissions à Bruxelles, Gand et Anvers en 2020 : quels véhicules sont concernés ?



Un confort dont Olivier ne veut pas se passer. Or, racheter une voiture de ce niveau lui coûterait cher, très cher. "Je vais payer entre 10.000 et 15.000 euros pour un véhicule de gamme similaire". Tout cela pour une occasion, dont il ne connait pas l'état exact, et avec laquelle il ne pourra peut-être rouler que quelques années vu le durcissement de cette zone de Basse-émission. Un pari risqué, selon lui. "Donc, j'ai fait mon calcul. Si vous faites un crédit pour une voiture d'occasion de 10.000 euros, cela revient à un peu plus de 200 euros par mois. Si elle coûte 15.000 euros, on atteint presque les 300 euros par mois. Tout cela sur une durée de 5 ans"

L'amende au minimum presque moitié moins cher

Or, les amendes, elles, sont de 350 euros et on peut en recevoir maximum 4 sur l'année. "Par mois, cela donnerait donc 116,66 euros" à payer. Un montant bien moindre que les 200 ou 300 euros qu'Olivier paierait en prêt pour un autre véhicule.

Du coup, Olivier a décidé d'enfreindre la loi, de continuer à rouler avec son break et de payer ses amendes. D'ailleurs, il pense qu'il ne sera pas le seul. "Des véhicules comme le mien ou qui sont aussi concernés par cette nouvelle étape de la LEZ comme le mien, j'en croise encore tous les jours sur les routes à Bruxelles. Donc, ou ces gens vont devoir bientôt changer de véhicule, ou ils feront le même calcul que moi, ou ils trouveront un moyen de "tricher" autrement. On verra". 

Pas de hausse prévue des amendes pour l'instant chez Bruxelles-environnement

Du côté de l'administration Bruxelles-environnement, qui a mis en place cette zone de Basse-émission et en assure le suivi, on explique qu'une analyse des effets de cette LEZ est faite chaque année. Celle pour 2019 est en cours d'élaboration et devrait être terminée au mois de mai. C'est sur base de cela que des adaptations seront éventuellement effectuées.

Mais pour l'instant, rien n'est à l'ordre du jour. "Aucune décision n'est pour l'instant prise concernant une augmentation éventuelle des amendes", explique Alice Gérard de Bruxelles-Environnement. "Il faudra attendre les résultats de cette analyse 2019 pour prendre les meilleures décisions afin d'arriver à retirer les voitures les plus polluantes des routes bruxelloises. Je rappelle que l'objectif de la zone de Basse émission n'est pas de faire la chasse aux voiture, mais d'améliorer la qualité de l'air à Bruxelles. Et, pour l'instant, les résultats sont là".    

Bruno Schmitz

Retrouvez l'article original sur RTBF