Ganshoren 1083

La grève nationale a eu un impact limité dans l'enseignement

La grève nationale organisée mercredi par les syndicats a généré peu de perturbations dans les écoles, selon les responsables des différents réseaux contactés.

La grève nationale organisée mercredi par les syndicats a généré peu de perturbations dans les écoles, selon les responsables des différents réseaux contactés. Et là où les cours n’ont pu être donnés, les enfants ont toujours été accueillis par l’école.

Dans le réseau libre, qui scolarise un enfant sur deux en Fédération Wallonie-Bruxelles, l’impact du mouvement de grève a, semble-t-il, été assez faible.

« Dans la plupart des cas, les écoles fonctionnent normalement, même si on nous a signalé quelques perturbations ici et là, mais c’est assez limité », a indiqué Conrad Van de Werve, porte-parole du Secrétariat général pour l’enseignement catholique (SeGEC) interrogé par Belga. « Dans la plupart des écoles, les cours sont donnés normalement ».

Davantage peut-être que la mobilisation des enseignants, c’est apparemment la faible disponibilité de transports en commun qui a eu le plus d’impact sur la fréquentation scolaire des élèves ce mercredi, demi-journée de cours dans les écoles de la Fédération.

Les instituteurs font assez peu grève 

Pour l’enseignement communal primaire, Fanny Constant, secrétaire générale du CECP qui fédère les pouvoirs organisateurs communaux, estimait de son côté que la mobilisation des enseignants ne semblait pas plus forte ce mercredi que lors des autres mouvements de grève. « Vu l’ancrage très local des écoles communales, les instituteurs font assez peu grève », commente-t-elle.

Dans l’enseignement du réseau de la Fédération, on ne disposait mercredi à la mi-journée d’aucune donnée chiffrée précise sur le nombre d’enseignants qui se sont croisés les bras.

« Les situations sont assez variables selon les établissements », disait-on au cabinet de la ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns.

Selon Eugène Ernst, de la CSC-Enseignement, l’impact de la grève sur les écoles est toutefois bien réel. « On ne peut pas dire qu’il y a beaucoup d’activités dans les écoles aujourd’hui », commente-t-il, tout en reconnaissant que c’est aussi dû à la faible offre en transport.

Mouvement modérément suivi dans les universités

Le nombre de profs grévistes dans les écoles ne sera toutefois connu qu’ultérieurement, précise M. Ernst selon qui plusieurs écoles fondamentales en région liégeoise sont fermées ce mercredi. Plusieurs piquets ont également été organisés devant les locaux de différentes Hautes écoles de Liège, qui sont dès lors restées fermées.

Dans l’enseignement supérieur, le mouvement semblait assez modérément suivi.

A Louvain-la-Neuve, aucun piquet de grève n’était signalé pour accéder aux auditoires de l’UCLouvain. La ville n’a par ailleurs pas essuyé de barrages filtrants à ses accès. « Il n’y a pas moins de monde que d’habitude », selon la porte-parole de l’université qui ne disposait toutefois pas encore de chiffres quant à la participation des enseignants au mouvement de grève.

A l’ULB, quelques piquets de grève ont été dressés à certaines entrées du campus du Solbosch mercredi matin. Mais « les différents campus sont accessibles et nous ne constatons que peu de perturbations dans l’ensemble », a indiqué Valérie Bombaerts, porte-parole de l’ULB.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF