Molenbeek-Saint-Jean 1080

Pollution par les particules fines: la Belgique n'obtient pas de bons résultats en Europe

La Belgique se situe dans la moyenne européenne en matière de pollution par les particules fines mais n'atteint pas les normes de santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en de nombreux endroits, ressort-il du rapport "Villes les plus polluées au monde 2018" réalisé par AirVisual à la demande du bureau régional Asie du Sud-Est de l'organisation de protection de l'environnement Greenpeace.

La Belgique se situe dans la moyenne européenne en matière de pollution par les particules fines mais n'atteint pas les normes de santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en de nombreux endroits, ressort-il du rapport "Villes les plus polluées au monde 2018" réalisé par AirVisual à la demande du bureau régional Asie du Sud-Est de l'organisation de protection de l'environnement Greenpeace.

Jeudi dernier, un seuil critique a été dépassé: 50 microgrammes par mètres cubes dans les trois régions du pays. 

Dans le volet belge du rapport, "Oostrozebeke en Flandre occidentale occupe une étonnante première place, avec la moyenne annuelle la plus élevée en termes de concentration de particules fines. Cela s'explique par un point de mesure situé dans une zone industrielle proche de quelques entreprises produisant des panneaux de particules", explique Joeri Thijs, porte-parole de Greenpeace Belgique. "Mais cela ne signifie pas qu'Oostrozebeke est généralement plus pollué que par exemple Gand (à la 10e place) ou Anvers (à la 14e place)."

Nous ne parvenons toujours pas à respecter les normes de santé de l'OMS

"Si le rapport mondial est moins intéressant pour faire des comparaisons locales en Belgique, la conclusion générale est pertinente", estime Joeri Thijs. "La Belgique n'obtient pas de bons résultats en Europe en termes de particules fines (PM2,5 en termes techniques) et, dans de nombreux endroits, nous ne parvenons toujours pas à respecter les normes de santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)."

De manière plus générale, 98 des 100 villes les plus mal notées se trouvent en Asie. La détentrice du record est la ville indienne de Gurugram avec ses 135,8 microgrammes par mètre cube. Outre l'Inde, le Bangladesh et le Pakistan se situent en haut de la liste. A l'inverse, les pays scandinaves (tels que l'Islande, la Finlande) ainsi que l'Australie figurent parmi les moins touchés par les particules.

La qualité de l'air dans le monde en temps réel.


>> A lire aussi : Bosnie-Herzégovine: Tuzla, l'une des villes les plus polluées d'Europe, peine à respirer


La norme de l'OMS est une concentration moyenne annuelle de particules fines de 10 microgrammes par mètre cube. Seules 7 des 46 communes belges étudiées (situées dans les Ardennes) la respectent. La norme européenne en la matière est par contre moins stricte et est fixée à 25 microgrammes par mètre cube. Toutes les communes belges interrogées répondent par contre à cette norme.

RTBF avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF