Anderlecht 1070

Anderlecht: un nouveau magasin pas vraiment comme les autres

Il y a bien les bips de la caisse enregistreuse, le bruit des roues en plastique des caddies qui grattent le sol et les clients avec leur liste de courses dans les mains.

Pourtant, ce nouveau magasin d’alimentation dans le centre d’Anderlecht n’est pas tout à fait comme les autres.

Wandercoop, c’est son nom (wander-déambuler en anglais, Ander comme Anderlecht et coop pour coopérative) a ouvert ses portes le 15 janvier. Situé dans un bâtiment à deux pas de Veeweyde dans le centre d’Anderlecht, il propose pour l’instant quelque 500 produits différents à ses clients. Des clients qui sont aussi un peu les propriétaires des lieux. "Nous sommes un magasin coopératif et participatif", explique Christelle l’une des fondatrices, comme l’est par exemple le magasin Bees Coop à Schaerbeek. "Coopératif, cela signifie que, pour venir faire ses courses ici, il faut acheter au moins une part de la coopérative. Cela coûte 100 euros. Cette part implique aussi une participation active. Cela veut dire que les coopérateurs doivent consacrer trois heures toutes les quatre semaines à venir travailler dans le magasin. Cela permet d’avoir des prix bas et, surtout, cela donne le pouvoir à chacun d’agir sur ce qu’il consomme et de voir comment se passent la gestion d’un magasin et les circuits de distribution. Cela responsabilise par rapport à ses propres habitudes d’achats".

Des choses qui s’achètent et d’autres pas

Pour l’instant, quelque 270 coopérateurs ont rejoint l’équipe. Leur apport a permis de louer le bâtiment, acheter les produits et lancer l’activité. Ici, il y a une seule employée. Tous les autres travailleurs sont des coopérateurs bénévoles, comme Christophe qui tient la caisse ce dimanche matin. "C’est la première fois que je fais ça et ça me plaît beaucoup. Dans la vie, je suis éducateur. J’ai entendu parler de ce projet sur Anderlecht et cela m’a beaucoup motivé, notamment pour pouvoir être plus au courant de ce que je mange et d’où cela vient".

Ici, on ne vend que des produits bios, locaux ou de saison. Et même des choses qui ne s’achètent pas, selon Bénédicte, l’une des cliente-coopératrice du jour. "Le fait de se sentir comme à la maison, avec plein d’amis, c’est important, surtout en ces temps quand même un peu difficiles. J’adore l’ambiance qui règne entre les participants, on rencontre beaucoup de jeunes du quartier, notamment avec des petits enfants. Cela redynamise aussi ce coin d’Anderlecht".

L’objectif de Wandercoop est de continuer à grandir dans les mois à venir et de passer à plusieurs milliers de coopérateurs. Cela permettrait d’ouvrir l’enseigne plus souvent, grâce aux heures de travail des nouveaux venus. "Pour l’instant, nous sommes ouverts le vendredi après-midi et les samedis et dimanche toute la journée", ajoute Christelle. "On aimerait augmenter cela, même si les horaires actuels conviennent bien puisque les gens sont plus disponibles pour donner un coup et main et de très bonne humeur le week-end".

L’évolution économique de la coopérative est suivie de près par ses membres. Il faudra attendre encore quelques mois pour voir si le modèle peut fonctionner sur le long terme ou s’il nécessitera quelques adaptations.

Bruno Schmitz

Retrouvez l'article original sur RTBF