Saint-Gilles 1060

Coronavirus : comment les communes aident le commerce local à retrouver ses clients

Depuis le premier confinement, plusieurs aides ont été mises en place pour aider les commerces non essentiels qui ont dû fermer leurs portes.

Des initiatives qui avaient été pensées au printemps devaient se mettre en place maintenant. Certaines sont un peu retardées avec cette nouvelle fermeture mais la plupart des communes tentent d’aider leurs habitants à consommer local. Cependant, la mise en place reste complexe.

Dans quasiment toutes les communes, des exonérations de taxes avaient été décidées dès le premier confinement afin de soulager les indépendants. Pour beaucoup cela prenait la forme d’une suppression de la taxe sur les terrasses, d’une suspension de loyer si la commune est propriétaire des lieux ou d’une réduction du précompte immobilier. Mais avec le deuxième confinement, la situation devient critique. L’UCM a d’ailleurs publié une enquête qui montre que 8 commerces sur 10 pourraient faire faillite sans une réouverture rapide. 

A Anderlecht, on a créé une carte interactive qui reprend les établissements horeca proposant un service de take away. En quelques jours, plus de 5.000 visites avaient été effectuées sur le site. En plus, un concours d’illumination va être lancé et les gagnants recevront des chèques consommation de 100 euros à dépenser auprès des commerces anderlechtois.

A Auderghem, on a préféré agir auprès des enseignes en proposant des formations pour lancer son commerce en ligne ou comment avoir une meilleure visibilité sur internet. Une page Facebook répertorie aussi les commerçants avec des vidéos promotionnelles.

A Berchem-Sainte-Agathe, on a travaillé sur base du chèque consommation en prenant exemple sur sa voisine, Ganshoren. La commune a débloqué un budget de 80.000 euros environ et réoriente les primes qui sont d’habitude données pour les naissances, l’achat d’un vélo électrique, le sport… Ces primes sont à dépenser dans les commerces locaux ou chez les indépendants berchemois. Il suffit de se créer un compte et ensuite de scanner le QR code présent chez le  commerçant. On peut ainsi dépenser son budget dans plusieurs commerces, en plusieurs fois et cela ne demande pas de gestion particulière à l’indépendant. En fin de mois, il peut demander à la commune l’argent. 60 boutiques sont déjà équipées du système et 75 Berchemois disposent d’un compte. “L’an prochain, nous voudrions aussi augmenter le montant de 10% pour les commerces qui souscrivent à un pack énergie de l’UCM ou au label artisan, explique Thibault Wauthier (Ecolo), échevin du Commerce. Cela nous permettra de valoriser la qualité. Cette politique devra aussi s’inscrire sur le long terme.”

La Ville de Bruxelles avait créé un site internet lors du premier confinement. 122 commerces y sont inscrits et ces 30 derniers jours, la Ville a comptabilisé 34.000 visites. “Le retour des commerçants est assez bon, précise Fabian Maingain (DéFi), échevin du Commerce. Nous allons l’enrichir pour qu’il reprenne toutes les offres, les activités des indépendants bruxellois.” En plus, la Ville va distribuer des chèques consommation pour les commerces locaux à ses employés. A cela s’ajoute la création d’un chèque cadeau.

►Commerce local : la Ville de Bruxelles lance un chèque consommation pour le soutenir

A Etterbeek, on travaille actuellement sur un plan de relance. Plusieurs types de primes ont déjà été versées aux commerces (pour leur arrivée, leurs investissements…) auxquels vont bientôt s’ajouter des chèques consommation. Un budget de 250.000 euros est prévu en 2021. Une application sera aussi lancée pour mieux faire connaître les commerces etterbeekois. Les indépendants pourront aussi faire appel à un guichet unique pour les soutenir ainsi qu’à des formations pour être mieux armés face au numérique.

A Evere, on a également préféré agir directement en aidant la trésorerie des indépendants en réduisant leurs charges et leur donnant des conseils pour avoir les aides régionales et fédérales. Des chèques cadeau d’une valeur de 35 euros ont tout de même été distribués au personnel communal pour qu’ils les dépensent dans les établissements Horeca avant mars 2021.

Forest réfléchit aussi à mettre en place ces chèques consommation mais doit d’abord régler des questions juridiques. Dès que les commerces seront rouverts, une campagne de communication sera lancée afin d’encourager les habitants à consommer local et un plan de relance sera établi dans le début de l’année prochaine.

Et c’est de Ganshoren qu’est partie l’initiative des chèques consommation. “J’ai découvert cette pratique dans les Ardennes et j’ai voulu la transposer à Ganshoren, rappelle l’échevin du Commerce, Stéphane Obeid (MR). Toutes les primes ou les cadeaux de mariage ont été transformés en chèques à utiliser dans les commerces de la commune. Pour cela, il faut aussi que l’indépendant se soit inscrit et participe à la collecte des déchets organiques ou s’inscrire dans la démarche d’audit énergétique de la Région. “Pour le moment, 20 commerces sont inscrits et l’échevin espère en avoir une dizaine supplémentaire rapidement. “Il ne s’agit pas d’une création de budget mais d’une réorientation.” Les premiers chèques ont été distribués en septembre.

Ixelles s’est également montrée assez dynamique dans ses propositions. Elle a d’abord mis en place l’initiative #mazone qui regroupe les commerces locaux qui livrent une fois par semaine à vélo. Cette page Facebook qui doit se transformer en site internet regroupe aujourd’hui les boutiques de Saint-Gilles, d’Uccle et de Woluwe-St-Pierre et a reçu une aide de la Région pour se développer. En plus, les commerces ont pu recevoir des primes de 1.000 euros pour l’Horeca, 650 pour les commerces de nuit et 650 pour les autres. En tout, un budget de 2 millions d’euros a été débloqué pour les 2.000 enseignes ixelloises. Il faut encore faire connaître l’initiative pour que les demandes d’aide rentrent à la commune avant le 5 décembre. 1070 demandes de prime ont déjà été introduites.

A Molenbeek, on planche aussi sur la création de chèque mais les discussions sont toujours en cours au sein du Collège.

Du côté de Saint-Josse, un budget de 600.000 euros a été débloqué. Les adultes pourront bénéficier d’une prime de 25 euros et les mineurs de 10 euros. Ils seront valables à partir du 15 décembre pour une durée de 6 mois.

A Schaerbeek, on a revu sa copie. La commune avait été l’une des premières à mettre en place ces chèques consommation mais dans une formule un peu complexe. “Nous voulions créer un cercle vertueux. Quand vous achetiez dans un commerce A, vous receviez 10 euros à dépenser dans un commerce B ce qui  visiblement était trop compliqué, reconnaît l’échevine du commerce Lorraine De Fierlant (LB). Et l’opération se déroulait entre le 1er et le 18 octobre. Comme un quart des participants étaient des bars et qu’ils ont dû fermer début octobre, cela a rendu la suite plus complexe. Mais nous allons relancer un chèque consommation que recevront les Schaerbeekois qui en font la demande.” Sa valeur sera de 10 euros et la commune a dégagé un budget de 280.000 euros auquel il faut ajouter 99.000 euros de chèques pour le personnel de la commune et du CPAS. Ils pourront les utiliser auprès des commerçants participants “et c’est cela le plus compliqué. Nous devons faire connaître l’opération auprès des commerçants et qu’ils y adhèrent. Certains sont réticents au fait de télécharger une application. Nous avons 2.400 commerçants et nous espérons qu’un maximum participera.”

A Uccle, mymarket.brussels a aussi été lancé. Cette plateforme réunit une quarantaine de commerces pour le moment mais devrait être développée. Des chèques commerces locaux ont également été lancés. Ici aussi les primes à destination du citoyen ont été remplacées par des chèques. Il est possible d’en acheter pour les offrir à une personne qui pourra les utiliser dans les boutiques participantes. A cela s’ajoute des opérations de promotion. Le chèque est d’une valeur de 10 euros. Pour le moment, 90 commerces se sont inscrits dans le réseau. Depuis juin, 1.000 chèques ont été distribués et 700 utilisés ce qui représentent 7.000 euros dépensés dans les commerces ucclois. En plus, 100.000 euros exceptionnels seront donnés aux associations de commerçants pour leurs activités en 2021.

Watermael-Boitsfort réfléchit à la mise en place du même système mais il faut confectionner les budgets. A priori, les chèques seront distribués aux bénévoles qui ont aidé les personnes âgées à faire leurs courses ou fabriquer des masques.

A Woluwe-Saint-Lambert, on s’est lancé dans le boncado. Cette plateforme permet d’éditer des chèques cadeaux pour les fêtes de fin d’année. Sur la page boncado.be/woluwe1200, vous pouvez acheter un bon cadeau du montant que vous choisirez. Il peut être imprimé ou envoyé à la personne de votre choix en version papier par la poste, en version numérique par courriel ou par sms. En plus, la commune augmente de 20% la valeur de votre bon. Un budget de 135.000 euros a été dégagé.

Et à Woluwe-Saint-Pierre, en attendant que les discussions sur les chèques consommation aboutissent, on aide les commerçants en leur proposant gratuitement une livraison à vélo dans le cadre du projet #mazone.

Vanessa Lhuillier – Photo: BX1

Retrouvez l'article original sur BX1