Ixelles

Ixelles c'est un peu Paris, un peu Kinshasa, c'est un peu toute l'Europe, c'est en tout cas une commune multiculturelle, universitaire et toujours animée.

Ixelles et ses quartiers

Le quartier de la Porte de Namur est situé à l’emplacement d’une des portes de la seconde enceinte de Bruxelles détruite à la fin du 18e siècle. C'est un lieu commercial considéré comme le deuxième centre de Bruxelles.

Juxtaposé à la Porte de Namur, le quartier de Matongé. C'est en cela qu'Ixelles est un peu Kinshasa. Matongé est le nom d'une place de Kinshasa. En 1950, les expatriés du Congo, à qui la Belgique octroyait des bourses pour qu’ils viennent étudier en Belgique, demeuraient dans la résidence universitaire "la Maison africaine", située à quelques pas de la chaussée d’Ixelles. Depuis, plus de 45 nationalités noires-africaines sont représentées dans ce quartier.

Un peu plus bas, le quartier du Luxembourg. C'est devenu l’emplacement des institutions européennes, la place du Luxembourg est un endroit de rencontres multiculturelles où toutes les nationalités se retrouvent autour d’un verre, surtout en période estivale.

Le quartier autour de la place Flagey est un des quartiers les plus "branchés" de la capitale. C'est aussi là que beaucoup de français se sont domiciliés. En plus d’être une des plus agréables places de Bruxelles, la place Flagey est au croisement de grandes artères. L’ancienne Maison de la radio abrite aujourd’hui le centre culturel Le Flagey et l’un des bars les plus connus d’Ixelles, Le Belga. Après plus d’une dizaine d’années de travaux, elle retrouve, en 2008, son statut de place animée.

Enfin, le quartier du Cimetière d’Ixelles. C'est le point de ralliement de tous les étudiants de l’Université Libre de Bruxelles. Située entre les deux campus de l’ULB (le Solbosch et la Plaine), la vie estudiantine s’est développée autour du cimetière où reposent plusieurs personnalités de renom (Victor Horta, Camille Lemonnier….).

L'Université

C’est donc sur le territoire d’Ixelles que s’est établie l’une des plus importantes universités de Belgique, l’Université Libre de Bruxelles. Créée en 1834, elle accueille aujourd’hui pas moins de 24.000 étudiants chaque année, dont un tiers est d’origine étrangère. Fondée sur le principe du libre examen (postulat de l’indépendance de la raison et du rejet de tout dogme), l’ULB est une institution libre de toute tutelle. Son pendant néerlandophone, la Vrije Universiteit Brussel (VUB), est créé en 1970 et se trouve en regard de l’ULB, de l’autre côté du Cimetière d’Ixelles.

Jusqu’en 2011, le groupe Solvay avait son siège en plein cœur de la chaussée d’Ixelles. Solvay est une entreprise de chimie fondée en 1863 qui est toujours sur le marché. Le bâtiment qui hébergeait la firme durant toutes ces années a été revendu par le groupe à la commune.

De la prière à la création

L’Abbaye de la Cambre vient compléter le paysage ixellois avec une touche historique. Elle fut fondée en 1201, et servit principalement à la vie communautaire de moines. Après cette période ecclésiastique, le bâtiment fut exploité à différentes tâches. D’hôpital militaire à manufacture de coton, il abrite aujourd’hui le secrétariat et quelques sections de l’Ecole nationale supérieur des arts visuels de la Cambre. Situé entre le bois de la Cambre et les étangs d’Ixelles, le site de l’Abbaye représente un des coins verts de la commune.

L. Bolly Barajas