Ixelles 1050

Ixelles fait le bilan d'une importante opération propreté à Matonge

Il y a trop de sacs-poubelles et de déchets illégaux abandonnés dans les rues à Ixelles et notamment à Matonge, quartier bien connu pour ses commerces de produits exotiques, principalement africains.

Un constat qui a amené les autorités communales à organiser pendant six semaines une campagne de contrôles journaliers, avec des amendes de 150 euros minimum à la clé. L’opération de répression est à présent terminée, mais quelles en seront les suites pour le quartier.

Alors que la dernière journée de la campagne de contrôle s’achève, le large espace de béton qui mène à la galerie Matonge, un lieu régulièrement envahi de déchets clandestins est dégagé.

Une campagne qui a donc été efficace, selon Jolanta Bogdanska, responsable de l’équipe des agents constatateurs de la commune, qui explique que l’on trouvait régulièrement à cet endroit entre 70 et 80 sacs-poubelles entassés.

Un bilan positif également pour Nabil Messaoudi, l’échevin de la propreté publique à Ixelles, qui se félicite, " Il fallait une action coup de poing, pour qu’on nous remarque, là on nous a vus et on nous a reconnus. "

Un bilan chiffré mitigé

Mais le bilan chiffré est lui plus mitigé. En six semaines d’action, 800 sacs illégaux ont été ramassés et évacués, alors que moins d’un propriétaire sur dix a pu être retrouvé et verbalisé. Au total, 62 amendes ont été infligées, 11 sur base d’indices explicites retrouvés dans les sacs et le reste en flagrant délit.

Du côté des habitants le bilan est plus critique, "Tout cela c’est du cinéma", s’exclame ce riverain, "Les poubelles sont en grande majorité déposées pendant la nuit ", et il conclut, "la journée il n’y a personne, ils (les agents communaux) sont là pour rien."

Les contrôles ont en effet toujours eu lieu pendant la journée, de plus, les dépôts illégaux n’ont pas tout à fait disparu, puisque lors de la dernière journée de contrôle, plusieurs sacs ont encore été retrouvés, mais cette fois à l’intérieur même de la galerie.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF