Ville de Bruxelles 1000

Victimes d'actes de terrorisme : il sera bientôt trop tard pour demander une aide financière

Les victimes d’actes de terrorisme peuvent prétendre à des aides financières, et pas seulement celles qui ont été blessées physiquement.

D’autres personnes qui ont été directement impactées par les faits, par un stress post-traumatique par exemple, peuvent aussi y prétendre. Tout comme les parents et les proches des victimes.

Pour cela il faut impérativement rentrer un dossier à la Commission d’aide financière. Et pour certains, la date limite approche à grands pas. C’est le cas des victimes des attentats du métro de Maelbeek et Brussels Airport, à Zaventem. Mais ce ne sont pas les seules. Le délai est de 3 ans à partir du moment où l’acte terroriste est officiellement reconnu : ici, c’était le 15 mars 2017.

Donc les victimes de l’attentat au Musée juif ont encore le temps de rentrer leur dossier, tout comme celles de l’agression de policiers dans le métro à Bruxelles en juin 2012.

Attentats à l’étranger

Cela ne concerne pas uniquement les actes terroristes commis sur le sol belge. Les attentats sur une plage en Tunisie en 2015 et ceux de Nice l’année suivante en font également partie.

La liste complète est disponible sur le site internet du SPF Justice.

Demander une aide financière est une démarche importante parce que le choc post-traumatique peut vous rattraper à n’importe quel moment, comme l’explique Philippe Vansteenkiste, président de l’association V-Europe pour les victimes de terrorisme : "Psychiquement, il y aurait tout de même des conséquences. On l’a vu par exemple avec des victimes des tueurs du Brabant : après bien des années, il y a un traumatisme qui s’est mis en route. Donc être reconnu comme victime est très important pour pouvoir être aidé d’une façon psychique à long terme".

Les dossiers peuvent être introduits jusqu’au 18 mars prochain. Tous les détails pratiques sont disponibles sur le site internet du SPF Justice. Au moins 600 personnes vont être contactées prochainement. La Commission examine les dossiers au cas par cas.

A.L. avec C. B.

Retrouvez l'article original sur RTBF