Ville de Bruxelles 1000

Une Fête de la Communauté flamande sur fond de situation politique bloquée au Nord et au Fédéral

Les élections du 26 mai ont conduit à un éclatement du paysage politique rendant difficile la formation de gouvernements.

Les élections du 26 mai ont conduit à un éclatement du paysage politique rendant difficile la formation de gouvernements. La N-VA met la pression sur le CD&V et l’Open Vld au cas où ils pourraient être tentés par une telle aventure.

Après avoir discuté pendant plusieurs semaines avec le Vlaams Belang, le formateur flamand Bart De Wever (N-VA) a suspendu les négociations, dans l’attente d’un éclaircissement de la situation au Fédéral. A ce niveau de pouvoir, la situation est d’autant plus complexe que certains partis se sont lancé des exclusives, étant donné l’absence de convergences programmatiques, rendant impossible la constitution de certaines coalitions. Il en va notamment du premier parti francophone, le PS, avec un programme de gauche, et du premier parti flamand, la N-VA, qui prône le confédéralisme.

Ces dernières semaines, certaines voix se font entendre dans les rangs nationalistes, invitant les socialistes au dialogue. Un tel appel a encore un fois été lancé jeudi, cette fois par Kris Van Dijck. “On n’a jamais, jamais résolu les problèmes sans dialogue“, a-t-il dit. Le président du PS Elio Di Rupo et le chef de file du parti en Wallonie, Paul Magnette, n’auront pas entendu cet appel en direct. Ils n’étaient pas présents jeudi à l’hôtel de ville.

Avec  Belga

►Lire aussi : Le président du Parlement flamand Kris Van Dijck (NVA) démissionne, le Vlaams Belang Filip Dewinter le remplace

Les élections du 26 mai ont conduit à un éclatement du paysage politique rendant difficile la formation de gouvernements.

Retrouvez l'article original sur BX1