Ville de Bruxelles 1000

Que fait-on des animaux exotiques saisis à Bruxelles ?

Les nouveaux animaux de compagnie comme les perroquets ou les serpents ont de plus en plus de succès.

Mais attention, certaines espèces sont strictement interdites à la détention dans notre pays et peuvent être saisies et confiées à un refuge. Si cela arrive, le propriétaire peut choisir de céder son animal ou d'attendre la décision des inspecteurs de Bruxelles Environnement, qui prend environ deux mois.

En Région bruxelloise, lorsqu'un animal exotique est saisi ou retrouvé errant, il atterrit très souvent à Anderlecht, dans le Centre de Soins pour la Faune Sauvage de Bruxelles. On y retrouve en majorité des oiseaux comme des perroquets ou des pigeons, mais aussi quelques tortues terrestres et un hérisson africain, une espèce strictement interdite à la détention en Belgique, saisi il y a plus d'un an chez un particulier et attendant toujours d'être adopté.

Chaque année, une vingtaine d'animaux exotiques saisis ou retrouvés errants sont confiés au centre de soins. Il arrive qu'un serpent ou un singe doive être pris en charge et que le personnel manque de connaissances ou d'équipements pour s'en occuper au mieux. Mais Nadège Pineau, la responsable du Centre de Soins pour la Faune Sauvage de Bruxelles, insiste :"On euthanasie seulement si l'animal est gravement blessé, en souffrance et qu'il n'y a plus rien à faire. Mais les animaux exotiques en bonne santé ne sont jamais euthanasiés, nous finissons toujours pas trouver une solution, même si cela peut durer plusieurs mois."

"Quand ce sont des animaux interdits à la détention, on va plutôt se diriger vers des refuges, des sanctuaires qui sont spécialisés", explique Mme Pineau. "On ne va évidemment pas aller vers des laboratoires et on va éviter les parcs zoologiques."

Quant aux espèces autorisées à la détention, elles doivent être identifiées par une puce électronique, ou une bague pour les oiseaux, et accompagnées d'un certificat CITES. Elles seront alors proposées à l'adoption.

"L'adoption se fait sous contrat", dit Nadège Pineau, "dans lequel la personne s'engage à ne pas faire de commerce avec l'animal et à respecter ses besoins."

Le centre reste ensuite en contact avec les adoptants pour s'assurer du bon respect du contrat.

Cynthia Deschamps

Retrouvez l'article original sur RTBF