Ville de Bruxelles 1000

Où sont les néerlandophones à Bruxelles?

Qui dit 11 juillet, dit fête de la Communauté flamande.

 Des néerlandophones dont il est difficile d’évaluer le nombre à Bruxelles.
Faute de recensement, l’un des seuls indicateurs fiables, ce sont les déclarations fiscales. Et l’an dernier, à peine 8% de ces déclarations ont été rentrées en néerlandais. 8%, c’est une moyenne, parce que dans les communes du nord de Bruxelles, les Flamands seraient beaucoup plus nombreux.

Pour s’en convaincre, direction donc ces communes du nord. Nous débarquons d’abord dans un salon de coiffure de Ganshoren. Ici, la vitrine est bilingue, tout comme le patron qui affirme que 30% des shampoings et des coupes se font ici en néerlandais. "C’est la proportion, oui".

30% soit nettement plus que les 8% de Flamands annoncés à Bruxelles par l’administration fiscale.

Une impression qui se confirme un peu plus loin. Dans ce bar à l’ambiance de vacances, situé dans le parc Elisabeth, au cœur de la Basilique, le barman Mamadou confie qu’il reçoit la majorité de ses commandes en néerlandais. "Ils viennent à la caisse et me disent : Goiemorgen ik wil tien bootjes… Dat is Nederlands, eh ?", ajoute-t-il avec un grand sourire. "Moi, cela m’arrange bien, c’est comme ça que j’ai pu apprendre le néerlandais, en parlant avec eux."

Des néerlandophones beaucoup plus présents dans le nord de la région qu’ailleurs. Selon l’administration fiscale, ils dépasseraient les 10% à Koekelberg, Ganshoren, Bruxelles et Jette et approcheraient même les 15% à Berchem-Sainte-Agathe.

Mais alors comment expliquer que ces Flamands, ils soient peu visibles ? Rita, néerlandophone de 77 ans installée justement dans le nord a sa petite idée. "C’est la faute des néerlandophones eux-mêmes, parce qu’ils s’adaptent trop vite aux autres. Je le fais aussi. Quand je demande quelque chose à quelqu’un dans le métro ou le tram, je parle en français. Puis, je me dis, pourquoi tu fais ça ? C’est pas juste. Mais c’est vrai que c’est plus facile parce que la plupart des gens parlent en français."

Selon Rita, il y a sans doute plus de néerlandophones à Bruxelles que ce que disent les chiffres officiels. A noter que la commune qui en compterait le moins, c’est Uccle, avec à peine 4,8%. Uccle, tiens tiens, la commune située le plus au sud de Bruxelles.

Bruno Schmitz

Retrouvez l'article original sur RTBF