Ville de Bruxelles 1000

Le projet Tandem: un échange en français et en néerlandais pour les instituteurs

La volonté de développer les écoles en immersion se heurte au manque de professeurs maîtrisant le français ou le néerlandais. Cette lacune est également très criante pour les instituteurs primaires. La Haute Ecole Francisco Ferrer et la Erasmus Hoge...

La volonté de développer les écoles en immersion se heurte au manque de professeurs maîtrisant le français ou le néerlandais. Cette lacune est également très criante pour les instituteurs primaires.

La Haute Ecole Francisco Ferrer et la Erasmus Hoge School ont élaboré un nouveau projet destiné à remédier à ce problème.

Apprendre une autre langue reste un atout majeur lorsque les écoles en immersion se multiplient et que les professeurs de langue manquent cruellement.

Le projet Tandem

Cette initiative tend à faire rencontrer et travailler ensemble les étudiants des deux communautés dans un contexte convivial.

Une première rencontre est organisée sous forme de speed-dating et vise à former les tandems. Pendant deux minutes, les participants s’exprimeront une fois en français, une fois en néerlandais.

Zakaria, un des participants à cette nouvelle expérience, est assez enthousiaste et en profite pour "faire des connaissances".

Une fois les tandems formés, plusieurs activités seront organisées au cours de l’année.

Objectifs du projet

Lionel Mouillard, professeur de français à la Erasmus Hoge School, explique que le but est "qu’ils fassent des choses ludiques ensemble: aller au cinéma, lire le même livre et des activités une fois en néerlandais, une fois en français".

Un cadre ludique s'avère, en effet, être un environnement propice à l'apprentissage des langues.

De son côté, Laurie Josens, la coordinatrice du projet Tandem à la Haute Ecole Francisco Ferrer précise qu’il faut "avoir de l’audace, oser, ne plus s’inquiéter de faire des erreurs". C’est pour elle, "ce qui fonctionne le mieux".

Il y a urgence à pallier à cette pénurie

Anne Posma est chargée de projet à la Haute Ecole Francisco Ferrer.

Elle insiste sur le développement des écoles en immersions. Elle précise que "La Ville de Bruxelles a beaucoup de projets. Il y en a de plus en plus et ça intéresse énormément les parents. Mais il y a un petit problème, c’est qu’il n’y a pas suffisamment d’enseignants pour ces écoles". Ce qui explique la nécessité du projet.

Le niveau actuel des professeurs de néerlandais en primaire est insuffisant. Mais, le problème est également qualitatif et quantitatif.

D’une part, il manque des professeurs. D’autre part, le niveau de néerlandais de certains instituteurs est insuffisant.

Ce sont les élèves qui en pâtissent. Pour un enseignement de qualité, il est primordial de faire en sorte que les professeurs aient un bon niveau de langue.

Elle conclut en affirmant que "ce projet tandem participent énormément à cette évolution".

 

 

Pierre Vandenbulcke et Anne Moulard

Retrouvez l'article original sur RTBF