Ville de Bruxelles 1000

Le ministre Ben Weyts veut supprimer l'arrêt de bus de De Lijn à Bruxelles-Nord

Le ministre flamand de la mobilité veut supprimer l'arrêt de bus "de Lijn" à la gare du nord à Bruxelles, et le déplacer à quelques dizaines de mètres de là, sur la place du Nord.

Il vient de faire une demande en ce sens à la société de transports en commun flamande.

Le ministre Ben Weyts avait déjà fait supprimer cet arrêt pendant quelques jours l'an dernier en dénonçant les nuisances causées par des migrants présents à la gare du Nord. Sauf que visiblement, chez "De Lijn", on est plus nuancé. "Déplacer l'arrêt de bus De Lijn à la gare de Bruxelles-Nord n'est pas pour demain. Nous nous réunirons mardi avec les syndicats afin d'examiner ce que nous pouvons faire", a indiqué une porte-parole de la société de transport en commun flamande.

Les syndicats de "De Lijn" ont déposé un préavis de grève jeudi car les conditions de sécurité et d'hygiène à cet arrêt ne sont pas garanties, selon eux.

Pour le ministre NV-A ben Weyts, cette annonce est aussi une manière de muscler son discours par rapport à la situation des migrants à quelques semaines des élections.

La Région renvoie la balle au fédéral

La Région bruxelloise fustige, elle, le gouvernement fédéral dans ce dossier, pointant entre autres le désinvestissement dans les forces de police, mais aussi l'absence d'un centre d'orientation et d'accueil pour migrants.

"Il s'agit d'une situation exceptionnelle et très complexe. Il y a eu un désinvestissement total au niveau fédéral en ce qui concerne les forces de police à la Gare du Nord, bien que cela soit de sa compétence", commente-t-on du côté du cabinet du ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS).

La porte-parole de ce dernier, Lidia Gervasi, souligne par ailleurs que la demande régionale visant à mettre sur pied un centre d'accueil et d'orientation pour les migrants en transit à proximité de la gare n'a jamais été rencontrée.

En novembre dernier,  l'arrêt Gare du Nord avait été déjà été supprimé par la compagnie "De Lijn". Il s'agissait en fait d'une décision politique du ministre N-VA, Ben Weyts. 

RTBF avec Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF