Ville de Bruxelles 1000

Le coronavirus touche l'informatique: pièces détachées introuvables, délais de livraison allongés

Le coronavirus inquiète le milieu de la santé mais aussi celui des entreprises.

Certains secteurs sont extrêmement dépendants de fournisseurs chinois. C'est notamment le cas des entreprises d'informatique. Conséquences: les délais de livraisons sont allongés. Certaines pièces détachées sont en rupture de stock. Le prix de composants monte aussi parfois en flèche.

C’est très difficile à trouver. Ça commence à être des pièces uniques !

Certains écrans de téléphone sont presque introuvables. Les prochaines livraisons ne pourraient pas avoir lieu avant le mois d'avril. "Cet écran est passé de 35 à 80 euros à l'achat. Je n'ai que deux pièces alors que j'ai une dizaine de demandes pour ce même écran." explique André, co-gérant d'un magasin de réparation de matériel informatique. 

Un stock qui fond comme neige au soleil

Certaines pièces comme des connecteurs qui permettent de recharger le téléphone sont très demandées. D'ici un mois, il pourrait y avoir une rupture de stock dans le magasin dans lequel nous entrons. Dans cet établissement, le gérant nous montre une boîte pleine de batteries de smartphones. "Il s'agit seulement des batteries remplacées en un mois, c'est dire le matériel nécessaire !

Certains magasins d'informatique accusent le coup en Belgique. Des processeurs fabriqués en Chine peinent à arriver. Pourtant, ils équipent de nombreux ordinateurs. Les délais pour obtenir certains types de portables sont passés de six semaines à trois mois.

Une spéculation sur les prix ? 

Pour les entreprises, il est parfois compliqué de trouver des alternatives pour fournir leurs clients. Dans certaines sociétés, la situation est tout à fait inédite. Il a fallu prévenir les acheteurs de retards. Ceux-ci semblent se montrer compréhensifs par rapport à ce cas de force majeure. 

Les stocks se vident... Plus que la maladie, il s'agit de la conjonction de trois raisons: l'apparition du virus, le ralentissement de l'activité dans les entreprises à la fin de l'année 2019 et la fête du nouvel an chinois. 

"Trouver des produits alternatifs, c’est fort difficile. Souvent, les produits que nous avons vendus sont des produits qui sont certifiés et approuvés par le client final. On ne peut donc pas changer de modèles comme ça du jour au lendemain même si des produits équivalents existent." explique Bernard Verstraeten, administrateur Eu Tronix, distributeur de matériel électronique pour l’identification automatique. 

La source d'inquiétude est multiple. Les stocks suffiront-ils? Faudra-t-il passer par des périodes de chômage technique? Et surtout, combien de temps la crise pourrait-elle durer? Sur ce point, les questions commerciales rejoignent les questions médicales. 

Laurent Van de Berg et Aline Delvoye

Retrouvez l'article original sur RTBF