Ville de Bruxelles 1000

La Voix des sans-papiers déménage à Bruxelles-Ville puis revient à Molenbeek

Nouveau déménagement pour la centaine de personnes du collectif la Voix des sans papiers.

Ou plutôt, nouvelle occupation... car sans papiers d'identité, pas de contrat de bail en bonne et due forme. C'est à Bruxelles-ville, non loin de la station Arts-loi et des Institutions européennes que leur occupation s'est faite ce lundi. Puis, le collectif s'est rendu compte que le bâtiment n'était pas adapté. Ils sont finalement revenu à Molenbeek mais dans un autre bâtiment, rue Vanderstichelen.

Les sirènes d'alarme du bâtiment situé au numéro 37 de la rue Joseph II hurlent encore quand Amadou, Mamoudou et leur petit de trois ans entrent dans ce qu'ils espèrent être leur nouvelle maison. Ils sont là avec une centaine d'autres personnes, toutes chargées de leur valise. "Nous préférons rester ici plutôt que de dormir dehors", explique Amadou. Cette famille de Guinéens déménage environ tous les six mois avec le collectif. "Ces conditions de vie sont très compliquées, très difficiles. On a des problèmes pour dormir, pour avoir des documents, pour travailler."

C'est le 13e déménagement en 4 ans pour la Voix des sans papiers. En octobre dernier, ils espéraient trouver une solution avec les autorités communales de Molenbeek. Mais aucun bâtiment n'a été trouvé."Ce que nous demandons une nouvelle fois, c'est que le politique puisse mettre à disposition une solution durable, revendique Modou, porte-parole de la voix des sans-papiers. Parce que ça, c'est pas une vie."

C'est donc au numéro 37 de la rue Joseph II dans la commune de Bruxelles-ville que la centaine de personnes sans papiers s'installent ce lundi... sans que le propriétaire du bâtiment ne soit au courant. "Nous avons eu beaucoup de mal à contacter le propriétaire mais nous rentrons tout de même dans ce bâtiment car nous savons qu'il est inoccupé depuis 2012. On va contacter les autorités communales pour qu'elles nous mettent en contact avec le propriétaire et qu'un processus de négociations puisse commencer, explique Violaine Alonzo, avocate pour le collectif La voix des sans-papiers. Concrètement on va lui proposer d'occuper le bâtiment en le respectant, en l'entretenant et en payant les charges."

Retour à Molenbeek

Mais après avoir fait le tour du bâtiment, le collectif la Voix des sans-papiers a décidé de ne pas y rester car le bâtiment ne leur convenait pas: des plateaux de bureau et pas de douches. Ils sont donc revenu à Molenbeek. Non pas dans le bâtiment qu'ils occupaient rue Vandenboogaerde mais dans un autre bâtiment rue Vanderstichelen. "C'était une option B au cas où la première ne fonctionnait pas, explique Violaine Alonzo. La police leur a dit qu'ils pouvaient rester sur place pour cette nuit et qu'il fallait trouver une solution demain matin."

Journal télévisé 21/10/2018

En octobre dernier, le collectif la Voix des sans-papiers,  logé jusque-là dans un ancien internat de Forest,  réquisitionnait un bâtiment privé de Molenbeek 

Marie-Laure Mathot

Retrouvez l'article original sur RTBF