Ville de Bruxelles 1000

CAP48 : Angelina Bruno, une danseuse hors norme

La nouvelle campagne de CAP 48 est lancée. Le thème de cette année rappelle que 80% des handicaps surviennent en cours de vie, d’où le slogan "La vie d’après, c’est aller de l’avant". Un message qui colle parfaitement au parcours d’une jeune danseuse exceptionnelle. Après l’amputation de son bras droit à 17 ans, Angelina Bruno s’est reconstruite grâce au hip-hop. Une vraie battante repérée en 2017 par le chanteur français Black M qui l’engage pour danser pendant un an à travers l’Europe.

Nous la rencontrons dans un studio de tatouage du centre de Charleroi où la Carolo d’origine nous a fixé rendez-vous. La tatoueuse, Charlotte, termine un projet de plus d’un an qui recouvre tout le bras gauche d’Angelina. Le symbole de sa nouvelle vie après cet accident qui a tout bouleversé.

"Ma vie est en train de prendre un autre tournant artistiquement, nous confie Angelina, et je voulais que ça soit marqué par quelque chose qui me représente jusqu’à la fin de mes jours".

Avec, puis sans prothèse

Sur son bras, une guerrière comme elle, ou encore un loup, symbole de loyauté. Ces tatouages, c’est une manière d’assumer qui elle est au fond d’elle-même. Un processus d’acceptation qui a pris du temps. Pendant plusieurs années, Angelina a masqué son handicap par une prothèse.

J’essayais de ressembler aux autres, mais autant assumer complètement qui j’étais

"J’étais dans la continuité de comme mes parents me voyaient, une belle sicilienne… Mais en moi c’était le feu ! Je me suis dit, mon apparence ne ressemble pas à qui je suis. Il faut quelque chose de vivant, d’un peu crazy, il faut des couleurs. J’ai commencé par ne plus porter de prothèse. Ce n’était pas moi du tout. J’essayais de ressembler aux autres, mais autant assumer complètement qui j’étais ! Puis avec ma couturière, on a confectionné des petits gants sympas à assortir à mes tenues. J’ai coupé tous mes cheveux, ou presque, je me suis tatouée… Et j’ai enfin commencé à être vraiment moi", raconte Angelina.

Le hip-hop comme source de guérison

Une nouvelle identité qui s’affirme aussi et surtout dans la danse. Angelina découvre le hip-hop quand les médecins lui conseillent de faire du sport plus d’un an après son accident. C’est la révélation. La jeune Carolo y puise une énergie sans fin.

"Ça me permet de me sentir heureuse, explique Angelina. Si je ne danse pas, je ne me sens pas bien. Ça été pour moi, dans une période de ma vie, un moyen de survivre. Vraiment. Si je n’avais pas eu la danse, je ne sais pas où j’en serais aujourd’hui…"

Il ne faut pas abandonner

Pourtant, le chemin a été long et difficile. Des centaines d’heures d’entraînement après une longue convalescence et une douzaine d’opérations. L’apprentissage de la danse dans ces conditions semblait presque insurmontable.

"Dans ma tête je n’avais plus d’équilibre, et vu le choc que j’avais eu, je n’avais plus du tout de concentration, se souvient la danseuse. Donc je n’arrivais pas à suivre. Un cours, une choré, j’oubliais tout… À chaque fois j’oubliais les steps. Et je me disais je ne vais jamais y arriver, jamais. Puis en moi, il y a un truc dans mes tripes qui me dit Angie, il ne faut pas abandonner. Et donc je continue et finalement, je me dis que je vais partir à Los Angeles juste pour me former et voir".

Déclic américain

Aux États-Unis c’est le déclic. Angelina tient le rythme, s’entraîne plusieurs heures par jour. Elle décide de fermer son cabinet de sophrologie en Belgique, et de se lancer dans la danse à temps plein. Aujourd’hui, elle donne des cours à Paris, mais aussi à l’école de danse L’aigle Noir à Ham-sur-Heure. Il y a 7 ans, la directrice de l’école lui fait entièrement confiance.

"C’était vraiment un coup de foudre pour moi, se remémore Florence Mortelette, la directrice de l’école. J’ai tout de suite vu la personne qu’était Angie : une personne généreuse, entière, avec des vraies valeurs. Le contact est tout de suite passé, donc dès le premier cours, je lui ai fait confiance à 100%. Maintenant ça fait quelques années, tout se passe à merveille. Je suis vraiment contente de ce qu’elle nous apporte, aussi. C’est une chouette personne, vraiment".

Un défi : donner cours à des élèves valides

Pour Angelina, c’est un gros défi. Elle n’en parle à personne à l’époque, mais elle est inquiète. "Comment les élèves avec deux bras vont-ils pouvoir suivre mes chorégraphies avec un bras et demi", plaisante-t-elle ? Heureusement, cette crainte s’estompe très rapidement.

"Ce qui est bien, c’est que pendant 17 ans de ma vie, j’ai eu deux mains. Et pour moi, encore aujourd’hui, quand je danse, j’ai toujours deux bras, nous confie Angelina. J’avais juste peur que les élèves soient hyper mal à l’aise, donc je leur disais si vous ne comprenez pas ce que je fais à droite, demandez-moi. Mais finalement ça s’est hyper bien passé et j’ai vu que ce n’était pas du tout un problème. Ils me suivaient parfaitement et même moi j’avais cette perception d’avoir deux membres".

L’aventure Black M

En 2017, Angelina entend parler d’un casting à Paris. Le chanteur Black M cherche des danseuses. Elle est choisie parmi 150 candidates. Pendant un an, elle tourne alors avec la star française sur les plus grandes scènes d’Europe.

"Ça a été une expérience de fou, se souvient Angie, on a été dans des pays de dingue. Puis quand j’étais sur scène, j’ai vu l’impact que j’avais sur les petits jeunes, parce qu’il a un public très adolescent. Dans les messages que je recevais, on me disait Angie, tu nous prouves que c’est possible. Et ça, c’est ma nourriture. Je fais ça pour ça !"

Il faut se battre contre soi-même

Aujourd’hui, Angelina partage son parcours dans des conférences. Installée à Paris, elle déborde de projets, notamment dans le théâtre, avec toujours la même énergie, toujours le même sourire et le même message : "Vis passionnément, conclut Angie, vis tout passionnément et arrête de te limiter. Parce que la première personne qui te bloque dans ta vie, c’est pas les autres. Les autres ne sont qu’un reflet de toi. Il faut se battre contre soi-même et puis c’est parti, vivons !"

Sarah Heinderyckx

Retrouvez l'article original sur RTBF