Ville de Bruxelles 1000

Bruxelles: il faudra économiser l'énergie ou payer une amende

Les grosses entreprises qui possèdent plus de 100 000 m² de bâtiments à Bruxelles et les administrations vont devoir économiser l'énergie.

 Ou alors payer une amende. C'est le principe de PLAGE, un plan régional qui est devenu contraignant depuis le 1er juillet. 

Qu'est-ce que cela implique ?

Désormais, ces grosses entreprises et les administrations ont un an pour faire l'inventaire complet des bâtiments qu'elles possèdent à Bruxelles, et surtout de leurs superficies. Ensuite, en fonction de ces données, Bruxelles-environnement va leur fixer un objectif chiffré de réduction de leur consommation d'énergie, c'est à dire de chauffage et d'électricité. 
Les propriétaires devront alors élaborer une stratégie pour y arriver, avant de la mettre en oeuvre. L'objectif fixé devra être atteint au pire le premier janvier 2025. 

Et si l'objectif n'est pas atteint ?

Il faudra payer une amende, 6 cents par kw/h consommé en trop par rapport à l'objectif fixé. 

Combien d'organismes sont concernés ?

Entre 150 et 200 structures, selon les estimations de Bruxelles-environnement. Les entreprises privées qui possèdent de très grosses surfaces, d'une part, et les pouvoirs publics d'autre part. Des pouvoirs publics (fédéral, régions, communautés et communes) qui doivent montrer l'exemple et qui, du coup, ne doivent pas avoir de telles surfaces pour devoir agir. 

Ça va leur coûter cher, non ?

Bruxelles-environnement affirme que non. Pascal de Mulder, responsable énergie pour l'administration régionale explique qu'avec des petits gestes, les propriétaires pourront facilement atteindre les objectifs fixés. "Par exemple faire en sorte que les bâtiments qui sont vides le week-end ne soient pas chauffés à ce moment-là. Ou encore que l’éclairage soit éteint dès que les travailleurs quittent le bureau. Le fait aussi d'isoler les tuyaux de chauffage qui passent dans des locaux non-chauffés, ce genre de petites mesures". 

Bref, le but est surtout de propager de bonnes habitudes en les rendant obligatoires. Et pas de contraindre les entreprises et administrations à faire de gros travaux. Des habitudes que certains propriétaires devront exiger des locataires qui occupent leur bâtiments. 

Et pour la région bruxelloise, le but c'est que toutes ces économies d'énergie lui permettent d'atteindre les objectifs environnementaux qu'elle s'est fixée dans les années à venir.

Bruno Schmitz

Retrouvez l'article original sur RTBF