Ville de Bruxelles 1000

Bruxelles: du mieux pour le logement social?

Enfin de bons résultats en matière de création de logements sociaux et publics en région bruxelloise. c’est en tout cas ce qu’affirme Céline Frémault, la ministre régionale cdH du Logement. Selon cette dernière, d’ici l’année prochaine, les...

Enfin de bons résultats en matière de création de logements sociaux et publics en région bruxelloise. c’est en tout cas ce qu’affirme Céline Frémault, la ministre régionale cdH du Logement. Selon cette dernière, d’ici l’année prochaine, les 11.000 logements promis par ses deux prédécesseurs auront vu le jour. Pour la ministre, ce sont les nouvelles pratiques, comme l’achat direct de logements "clés en main" auprès d’un opérateur privé qui sont à l’origine des derniers résultats.

Un projet emblématique

Un gros projet, emblématique de cette nouvelle méthode est actuellement en cours près de la place Bockstael à Laeken, le projet Hippodrome.

Paul Knippenberg en est le promoteur privé, c’est lui qui a dû passer plusieurs années à attendre les permis, faire les démarches administratives, subir d'éventuels recours.

Alors que la Région, via Saïd Mastari et le fonds du logement, qui n’est arrivée que l'an dernier sur le projet, devrait disposer de 199 appartements en à peine deux ans.

 

Gain de temps et gain d'argent.

Les 199 logements, représentent les 2 tiers de l’ensemble des logements du projet Hippodrome. Une position de force qui a permis au fonds du logement d'obtenir un rabais de 7 à 10 pc auprès du promoteur. Le partenariat public-privé a permis également des économies de gestion, plus besoin pour le fond du logement de s’occuper de tout de A à Z.

Des désavantages

Mais il y a tout de même des désavantages. On ne peut rien modifier aux appartements conçus par le privé, et les prix de gros ne sont possibles qu'au sein de très grands projets immobiliers.

Enfin et surtout, il y a le critère géographique, le projet actuel se situe à Laeken, où la valeur du foncier n’est pas la même qu’à Uccle ou à Woluwe-Saint-Pierre. L’écart peut varier du simple au double. La Région devra donc développer d'autres méthodes pour créer du logement public et social dans les communes les plus chères. 

Début 2018, on comptait encore 42 000 personnes en attente d'un logement social en Région bruxelloise.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF