Ville de Bruxelles 1000

Brussels Expo craint des pertes de 50 millions d’euros

Depuis le début de la crise sanitaire, Brussels Expo, sur le plateau du Heysel, est désespérément vide.

Les pertes pourraient bientôt s’estimer à 50 millions d’euros, indique le directeur général, Denis Delforge, à Bruzz.

“Nous n’avons eu aucune activité depuis mars, donc aucun revenu“, se désole Denis Delforge, le CEO de Brussels Expo, à nos confrères. Aujourd’hui, les pertes se chiffrent à 35 millions d’euros, et pourraient grimper jusqu’à 50 millions d’euros si aucune activité ne peut reprendre avant l’été prochain : “En septembre, nous espérions encore pouvoir repartir en 2021 avec le Salon de l’Auto et Batibouw. Maintenant que les deux ont été annulés, nous ne prévoyons aucune amélioration avant septembre de l’année prochaine“. Ainsi, rien que l’annulation des deux salons représente une perte de 10 millions d’euros.

► Notre reportage : Brussels Expo et la Palais des congrès désespérément vides

Le chiffre d’affaire de Brussels Expo, en temps normal, est de 40 millions d’euros par an.

Brussels Expo souhaite des aides communales supplémentaires

Face à ce constat, Brussels Expo souhaite se mettre autour de la table avec la Ville de Bruxelles, propriétaire des palais du Heysel, afin d’envisager un soutien supplémentaire. Selon le CEO Denis Delforge, “Il me semble tout à fait logique que la Ville intervienne dans nos frais d’entretien lorsque nous ne pouvons pas exploiter leurs immeubles pour des raisons juridiques“.

Réponse de la Ville de Bruxelles : “Le contrat de gestion entre la Ville et Brussels Expo indique que ce dernier assure la préservation, l’entretien et l’exploitation des infrastructures. Comme ils sont actuellement incapables d’exploiter l’infrastructure, cela ne leur coûte pas grand chose non plus. Nous accordons désormais une subvention de 2,5 millions d’euros pour couvrir les frais d’entretien des bâtiments, mais pas les pertes liées à l’exploitation“, a indiqué Carole Poncin, du cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS) à nos confrères.

Le bourgmestre souhaite néanmoins que tous les niveaux de pouvoirs apportent leur aide, et notamment la Région. Du côté du cabinet de Barbara Trachte (Ecolo), secrétaire d’Etat bruxelloise à la Transition économique, on indique ne pas avoir été contacté, à l’heure actuelle, pour un soutien supplémentaire.

Brussels Expo, de son côté, souhaite rencontrer la Ville, puis la Région et le fédéral, pour une décision avant la fin de l’année.

ArBr – Photo : Belga

Retrouvez l'article original sur BX1