Visé, fille de Meuse

Nous sommes dans ce qu’on appelle la Basse Meuse, le long de la frontière avec les Pays-Bas. C’est d’ailleurs la seule ville belge francophone à avoir une frontière directe avec les Pays bas. Elle est à mi-chemin entre Liège et Maastricht.

Sa situation stratégique a valu à Visé d’être convoitée à de nombreuses reprises. Charles le Téméraire fera détruire ses murailles après la mise à sac de Liège en 1468. Louis XIV passera par là également et il en fera démanteler ses murailles lors du siège de Maastricht en 1673. Mais le plus grand drame de Visé a été, sans conteste, le martyre infligé par les troupes allemandes aux habitants au début de la première guerre mondiale en août 14. C’était une des premières villes martyrisées, plus de 600 maisons incendiées, des dizaines de tués.

Tireurs d'élite

Depuis toujours, les habitants de Visé ont dû apprendre à se protéger. Témoins de ce passé, les trois compagnies armées, qui recrutaient autrefois les effectifs parmi la population. La plus ancienne, la gilde des arbalétriers fut créée en 1310, la compagnie des anciens arquebusiers en 1579 et la compagnie royale des francs arquebusiers est plus récente. Ces trois gildes existent toujours et défilent dans les rues deux fois par an.

L'oie de Visé

Visé, la ville de l’oie. Selon la légende, au 14e siècle, la cité mosane a farouchement résisté aux soldats du Prince-Evêque de Liège et, parmi les assiégés, se trouvait une jeune fille, gardeuse d’oies. La courageuse aurait arraché aux ennemis leur étendard. Depuis lors l’oie est vénérée à Visé mais elle est aussi dégustée !!! L’oie, à l’instar de Visé, est une recette locale conservée jalousement dans le plus grand secret par quelques cuisiniers.

La Montagne Saint-Pierre est incontournable à Lanaye. C’est un étonnant et unique témoin du crétacé, vieux de 130 millions d’années. C’est aujourd’hui une réserve naturelle qui recèle de nombreux fossiles. On y a découvert, au 18e siècle, un squelette de Mosasaure, un saurien qui vivait il y a 65 millions d’années. On y trouve aussi sur ses pelouses calcaires des espèces végétales et animales très rares souvent d’origine méditerranéenne, telles que le lézard des murailles, certaines orchidées et de nombreux insectes.

C. Vandelois