" View from my window ", le groupe Facebook qui fait du bien !

Je ne m’attendais pas à un tel engouement ! Nous raconte cette graphiste vivant dans un appartement de 27m2 à Amsterdam.

Je ne m’attendais pas à un tel engouement !

Nous raconte cette graphiste vivant dans un appartement de 27m2 à Amsterdam. "C’est incroyable… J’ai imaginé ce groupe parce que je suis passionnée de voyages et que je me demande toujours comment les gens vivent au quotidien. Là, avec la quarantaine obligatoire, mon interrogation était d’autant plus grande… ". Et la réponse, elle la trouve vite. L’aventure, ici, ne nécessite pas de sac à dos. Il suffit juste de regarder par la fenêtre et de prendre une photo, une seule. " Je me suis dit qu’on allait être collé à la même vue pendant des semaines et quand on vit à Liège ou à Miami, ce n’est pas vraiment le même décor... Au début, il y avait beaucoup de belles photos, alors certains n’osaient pas poster la leur et c’était dommage car pour moi, ce groupe n’a de sens que si elle propose des vues différentes."

Le confinement, sans filtre, sans honte

Aujourd’hui, le message est passé, les gens postent leur réalité.

Et c’est là tout l’intérêt. Les clichés montrent le confinement, sans filtre et sans honte.

Ainsi Lorena en Colombie partage la vue sur son jardin, qui n’est pas la plus belle selon elle, mais qu’elle aime parce que ça lui rappelle qu’elle peut prendre le soleil à l’extérieur.

Lynn, elle, montre ce qu’elle voit depuis sa chambre située dans le garage de la maison de son fils qui vit à Seattle aux Etats-Unis… Les poubelles. Cela pourrait être triste mais elle y voit une source de joie. " C’est la plus belle vue parce que je vais rester avec ma famille aussi longtemps que cette quarantaine va durer. Je suis contente et reconnaissante d’être ici et pas toute seule dans ma chambre de la maison de retraite où je suis habituellement ".

Tout le monde se sent solidaire, c'est comm une grande famille.

Il y a aussi Lehanne qui écrit depuis son lit d’hôpital, au Royaume-Uni. 10 jours confinée dans cette chambre avec vue sur le ciel bleu. Image simple d’un quotidien qu’on imagine compliqué. Alors certains répondent et envoie leurs pensées. Plus de 400 commentaires pour Lehanne. De quoi ravir celle qui est à la tête du groupe. " Je connais une fille à Paris qui a dernièrement communiqué avec un Texan toute la nuit. C’est un passe-temps relaxant et gratuit qui permet de s’évader sans bouger " précise Barbara Duriau.

Et comme le monde est vaste, on passe du printemps à l’hiver en quelques secondes. Là où certains s’extasient sur les bourgeons en Belgique, d’autres vivent encore avec des congères de deux mètres de neige au-dessus de leurs têtes en Laponie ou profitent d’un paysage tropical aux Iles Vanuatu.

Je trouve ça merveilleux de voir la vue des autres. Cela amène un peu de normalité à nos vies secouées et effrayées.

Un grand écart qui fait du bien à Annalisa, domiciliée à Gandellino près de Bergame en Italie. " Je suis à la maison avec ma famille qui va bien pour le moment. Alors je me sens chanceuse. Mais j’avoue que j’ai peur et que c’est difficile de rester positive car la situation ici à Bergame est catastrophique. Tout le monde a perdu quelqu’un, c’est une tragédie. J’espère vraiment que la situation va vite s’améliorer. Je prie pour que l’on voit vite le bout du tunnel."

Ce groupe facebook est une initiative positive !

Un souhait partagé par Gauri qui vit à Singapour et qui a aussi accepté de nous répondre après avoir partagé une photo de sa fenêtre. " Cela nous aide à comprendre dans quelles conditions les gens vivent mais aussi comment ils affrontent le confinement imposé par le coronavirus. Ici, à Singapour, les citoyens font tout pour être responsables."

Nadia Salmi

Retrouvez l'article original sur RTBF