Liege 4000

Université de Liège : parrainer un nouvel étudiant, ça s’apprend

Deux heures de cours universitaires pour apprendre à parrainer les étudiants de première année. Ça s’est passé à Liège ce samedi matin dans l’un des amphis de l’Université au centre-ville. L’ULiège s’est lancée voici quelques années dans une opération de parrainage de ses nouveaux étudiants par d’autres plus anciens dans l’institution.

Angélique est étudiante en histoire de l’art. Elle a déjà parrainé et elle entend bien continuer. "On les familiarise un peu avec les locaux, on les aide à pouvoir s’intégrer." Les parrains et marraines peuvent aussi renseigner sur les aides sociales, sur le logement, sur les manières de travailler efficacement.

Parrainer n’est pas materner

Cependant, parrainer les petits nouveaux de l’année ne se fait pas n’importe comment et il ne s’agit pas de les materner met en garde Dominique Verpoorten, le coordinateur des projets parrainage de l’Université de Liège : "aider trop vite à résoudre des difficultés fait que les personnes elles-mêmes n’apprennent pas grand-chose. Parfois être parrain ou marraine, c’est aider les étudiants à réfléchir à leur situation et à trouver les voies à l’Université qui leur correspondent le mieux. Et donc ne pas donner de réponse directe, parfois, est une plus grande aide que résoudre immédiatement le problème !"

"Ça, c’est très important" renchérit Angélique. "Quand je fais un groupe, quand une question se pose, je laisse d’abord répondre les étudiants parce que c’est mieux pour eux de d’abord réfléchir par eux-mêmes avant d’ensuite, s’il le faut, de donner la réponse. Ils en discutent ensemble et si vraiment il n’y a pas de solution apportée, alors nous dans ce cas-là on essaie de leur en proposer une."

Selon les chiffres des années précédentes, un nouvel étudiant sur six s’est fait parrainer par un plus ancien. Là où les chiffres ont pu être analysés, ils montrent que ces étudiants-là ont mieux réussi que les autres leur première session d’examens.

François Braibant

Retrouvez l'article original sur RTBF