Une nouvelle maison d'accueil pour familles monoparentales ouvre ses portes à Anderlecht

Ces dernières années, un nouveau public semble touché plus que jamais par le sans-abrisme : les familles. Entre 2018 et 2020, le nombre de sans-abris en-dessous de l’âge de 18 ans a augmenté de 50,7%.

C’est sur base de ce constat qu’une nouvelle maison d’accueil pour famille monoparentale dans le besoin vient d’ouvrir ses portes à Anderlecht. Ces familles peuvent y trouver un logement autonome mais aussi une structure pour les raccrocher à la vie sociale. Cet espace a été financé par les Petits Riens, et c’est la région bruxelloise qui subventionne les emplois des assistants sociaux.

Pour Iris Elhouch, directrice de cette maison de la parenté, il est surtout important que ces familles se sentent accompagnées. "Chaque famille va être suivie par un assistant social et un éducateur dans les projets, les désirs de la famille, et le fait de retrouver un logement durable. En termes de temporalité, l’accueil dure 9 mois, donc on se voit plutôt comme un tremplin vers un logement durable", explique-t-elle.  

Plusieurs critères à respecter

Pour pouvoir y être accueilli, une famille doit respecter plusieurs critères. "Il n’y a que trois critères d’accueil dans la maison parenté, c’est d’être une famille monoparentale, d’être sans-abri, et de disposer des papiers administratifs ou être en cours de régularisation. Cela signifie aussi que les profils sont très différents. On a des familles avec des papas seuls, des mamans seules. On a des familles très nombreuses, des familles où il n’y a qu’un seul enfant. De plus, les âges des enfants diffèrent énormément", a-t-elle constaté.

Ce bâtiment peut désormais accueillir jusqu’à 16 familles en appartements ou studios individuels, pour une capacité d’accueil maximale de 45 personnes.

E.D.

Retrouvez l'article original sur RTBF