Une maison de repos du groupe Korian, en grève, ce lundi, à Vottem

La résidence Lobelia et Lobelys compte plus d’une centaine de chambres, individuelles ou doubles.

Le personnel se plaint de la charge de travail, mais surtout, de la qualité des prestations aux pensionnaires. L’établissement dépend de la filiale d’une multinationale cotée en bourse, qui semble réaliser des bénéfices, au vu des dividendes qu’elle distribue très régulièrement à ses actionnaires, mais qui apparemment manque de moyens financiers pour améliorer les services aux usagers, et renforcer ses équipes de travailleurs.

C’est du moins l’opinion des syndicalistes. Qui vont jusqu’à évoquer des situations de l’ordre de la maltraitance : par exemple, pour éviter d’attendre la fin de matinée pour se laver, des résidents ont marqué un accord pour que la toilette intervienne avant sept heures du matin, ce qui est en principe interdit par les normes wallonnes.

En outre, au printemps dernier, lorsque l’hôpital de la Citadelle a installé une unité covid au sein de l’établissement, des pressions ont été exercées sur les travailleurs parce qu’ils n’ont pas été suffisamment nombreux à se porter volontaires. Apparemment, le mouvement de protestation fait suite à des démarches de concertation, restées infructueuses, au dépôt d’un préavis de grève de quinze jours, et à des alertes auprès de l’agence wallonne pour une vie de qualité. Il devrait prendre des formes soucieuses du bien-être général au sein du domaine des Lys. C’est du moins ce qui est annoncé.

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF