Une anecdote rocambolesque dans une Escape-Room à Bruxelles fait le buzz sur la toile

Sur son compte twitter, Adrien raconte son souvenir le plus marquant de son passage comme «Game Master», dans une Escape Room bruxelloise. Son histoire est en train de faire le tour du monde !

L'an dernier, quand il n'écrivait pas en tant que journaliste pour Vivre ICI et RTBF culture, Adrien Corbeel travaillait à mi temps dans une escape room bruxelloise.

En tant que "game master", son rôle était d'assister les joueurs qui, enfermés à double tour dans une pièce, doivent déchiffrer une énigme en 60 minutes pour s'échapper et ainsi remporter la partie.

L'escape room (ou escape game) est un concept de plus en plus populaire chez nous, on en trouve d'ailleurs un peu partout en Wallonie et à Bruxelles. Et, si elles rivalisent d'ingéniosité pour proposer aux groupes de joueurs un maximum d'adrénaline et de frissons, on est prêt à parier qu'aucune expérience ne peut rivaliser avec celle vécue par trois joueurs en novembre 2019.

"On était clairement pas prêt pour ce qui allait arriver"

Deux mois après les faits, le jeune homme est toujours stupéfait par l’enchaînement de coïncidences auquel il a assisté cette après-midi là.

Dans un "thread" (une série de "tweets"), sur le réseau social Twitter, il raconte tout en détail :

"il se trouve que cette clé ouvre le cadenas de la salle de bricolage"

Alors que le jeu touchait à sa fin, une première coïncidence relance la partie d'une manière totalement inattendue:

"Ça pourrait très mal tourner"

Les participants se retrouvent donc dans une salle de bricolage, remplies d'outils tous plus dangereux les uns que les autres.

Eux pensent être toujours dans le jeu, il se mettent donc en quête d'une issue. Et c'est là qu'une deuxième coïncidence étrange se produit: ils tombent sur une clé qui ouvre une porte donnant sur la cour extérieur du bâtiment.

"Persuadés qu'il ne leur reste plus beaucoup de temps (de fait), ils se dépêchent et montent les escaliers."

Là encore, certains éléments font penser aux trois aventuriers qu'ils sont toujours dans un décor; l'ascenseur "hors service", un salle qui sert de lavoir qu'ils retourneront dans tout les sens à la recherche d'indices (inexistants).

C'est à ce moment que les joueurs réalisent qu'ils ne sont probablement plus dans l'escape room et qu'il vaudrait mieux rebrousser chemin. "Il faut savoir qu'ils sont venus chez nous par erreur après avoir réservé chez un autre Escape Game concurrent", nous confiera plus tard l'ex-Game Master. Du coté des organisateurs, c'est le soulagement de voir réapparaître les clients disparus.

Et là, c'est le buzz...

Cette aventure surréaliste, elle est en train de faire le tour du monde. Plusieurs blogs et influenceurs, l'on déjà relayée et, en quelques heures à peine, elle a récolté des dizaines de milliers de "likes".

"Quelques personnes m'ont traité soit d'irresponsable, soit de mythomane mais j'ai surtout reçu beaucoup de réactions positives", explique Adrien qui reconnait que "c'est tellement absurde, presque pas crédible, mais tout est vrai !"

Il a aussi été très surpris de découvrir que son histoire avait été copiée par "un site bidon, qui l'attribue à un certain Thibaut de Valences", étonnant !

Enfin, Adrien nous précise aussi que les responsables de l'escape game ont pris les mesures nécessaires pour que ça ne se reproduise pas. De son coté, il a abandonné sa vocation de Game Master, "mais s'il s'était passé des histoires comme celle-ci toute les semaines, j'aurais surement continué".