Berchem-Sainte-Agathe 1082

Transports, police, communes : comment vont-ils gérer les semaines à venir ?

Entre le confinement partiel et les absences liées au covid-19, les services à la population risquent de fonctionner avec certaines difficultés les prochaines semaines.

Si certains services publics ont choisi l’option du numérique ou de la fermeture, d’autres doivent rester sur le terrain coûte que coûte. Petit tour d’horizon.

Personne n’est à l’abri de tomber malade ou d’être contaminé par le covid-19, pas même les services de secours. Chez les pompiers, on ne s’inquiète pas trop pour le moment avec un taux d’absentéisme légèrement inférieur à celui de l’an passé à la même période. “Nous enregistrons 74 absences, tout motif confondu dont 28 cas positifs au covid, explique Walter Derieuw, porte-parole des pompiers. Nous sommes dans la moyenne haute de notre absentéisme mais toutes les missions peuvent être effectuées et nous prenons toutes les précautions possibles pour éviter de mélanger le personnel que cela soit pendant les pauses ou le service.”

Dans les zones de police, la situation est différente selon les structures. Ainsi, dans la zone Marlow (Auderghem, Watermael-Boitsfort, Uccle), le taux d’absentéisme est de 8%. “C’est loin d’être problématique mais nous constatons un doublement des cas covid depuis une semaine, précise Michel Deraemaeker, chef de zone. Nous pourrions passer à des shifts horaires de 12 h au lieu de 10 pour avoir besoin de moins de personnel et moins mélanger les équipes. De plus, nous avons reçu en juillet un appareil qui nous permet de désinfecter l’air quand on nous signale un cas covid, exactement comme dans les hôpitaux. Il tourne à plein régime actuellement.”

Dans la zone Bruxelles-Ixelles, on préfère ne pas donner de chiffre mais on assure que les missions sont effectuées normalement surtout que certains faits, comme les cambriolages, sont moins nombreux ces derniers temps. Par contre, la zone plaide pour que les policiers soient testés en priorité notamment pour récupérer le personnel qui a été en contact avec un cas positif mais qui ne l’est pas. Retester les asymptomatiques réglerait une partie des problèmes.

Dans la zone Bruxelles Ouest (Molenbeek, Koekelberg, Jette, Berchem-Sainte-Agathe et Ganshoren), le taux d’absentéisme est de 10% et à Montgoméry (Etterbeek et les deux Woluwe), on est à 11%. “C’est un peu plus que d’habitude, précise Michaël Jonniaux, chef de corps de la zone Montgoméry. Il faut beaucoup de souplesse dans le planning et nous avons fait appel à la police fédérale plus par symbolique, pour effectuer certaines missions décidées par le fédéral.”

Par contre, dans la zone Bruno (Schaerbeek, Saint-Josse, Evere), les policiers manquent en grand nombre. Le taux d’absentéisme est de 15%. La police fédérale viendra en renfort dans les prochains jours et les personnes qui sont des cas contact mais sans symptôme sont priées de venir travailler. La quarantaine ne peut plus être respectée. Les missions essentielles sont toujours effectuées.

La zone Midi (Anderlecht, Saint-Gilles, Forest) est la plus touchée avec 20% d’absents mais les missions étant moins nombreuses, notamment la nuit, cela reste gérable. La police fédérale est venue en renfort pour augmenter la visibilité et les patrouilles et un plan d’urgence avec la fermeture de certains commissariats est prévu mais pas nécessaire à ce stade.

Des services à la population en ligne

Du côté de Bruxelles Propreté, pour le moment, les collectes s’effectuent normalement. Le taux d’absentéisme était de 12,40% mercredi dernier sans compter les quarantaines. Tout le personnel administratif est en télétravail. “Nous sommes bien en dessous de l’absentéisme de mars avec 23%, rappelle Etienne Cornesse, le porte-parole de Bruxelles Propreté. Nous sommes très prudents dans la composition des équipes et la distance physique. Les agents sont toujours uniquement 2 par camion.”

A Bruxelles Formation, toutes les formations seront suspendues dès le 3 novembre et jusqu’au 20 novembre. Certaines pourront se donner en ligne. Et chez Actiris, les antennes seront fermées dès ce mardi. Les services se feront 100% en ligne ou par téléphone. Cependant, pour les personnes en difficulté, trois lieux resteront ouverts mais uniquement sur rendez-vous et pour des fonctions très précises. Il s’agit des antennes de Bruxelles-ville, Ixelles et Saint-Josse.

A Parking.brussels, pour le moment, il n’est pas à l’ordre de jour de suspendre le contrôle du stationnement comme durant le premier confinement. Les antennes restent accessibles.

Et à la Stib, le taux d’absentéisme est de 13,5% contre 10 en temps normal. Pour le moment, cela n’a pas d’impact sur l’offre de transport.

Et les communes?

Du côté des communes, là aussi on fait du cas par cas. A Anderlecht et Auderghem, le service de l’Etat civil est fermé et pour les services qui sont encore disponibles, il faut prendre rendez-vous.

A Berchem, Forest, Ganshoren rien ne change. A la Ville de Bruxelles, les services restent ouverts mais il est demandé de s’y rendre qu’en cas d’absolue nécessité en respectant les gestes barrière et de préférence en prenant rendez-vous. Les services urbanismes sont par contre fermés au public.

A Etterbeek, Evere, Ixelles, Jette, Koekelberg, Molenbeek, Saint-Josse (qui est totalement débordée Saint-Josse-ten-Noode : la commune constate 40% d’absences pour ses services de première ligne), Saint-Gilles, Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre, les services sont ouverts mais uniquement sur rendez-vous.

A Uccle, des rendez-vous sont possibles mais à cause d’un cas de covid-19, le service population est fermé pour le moment. A Watermael-Boitsfort, seul le service population est accessible sur rendez-vous. Les autres sont disponibles par téléphone ou mail.

Pour une grande partie des démarches administratives classiques, vous pouvez vous rendre sur le site d’Irisbox.

Vanessa Lhuillier – Photo: BX1

 

 

Retrouvez l'article original sur BX1