Bertrix 6880

Sur les traces du conflit 14-18 à Maissin et de son calvaire breton

Dans le cadre des Commémorations du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Vivre ici et le site 14-18 RTBF, vous proposent une découverte des différentes localités belges où les traces de la Grande Guerre sont encore visibles. Notre guide, Isabelle Masson Loodts vous invite en vidéo à découvrir les traces du conflit à Maissin et de son calvaire breton.

Sur les hauteurs du village de Maissin (le long de la rue du commandant Henri Calvez), en Province du Luxembourg, un authentique calvaire breton du XVIe siècle ne manque pas d'intriguer les visiteurs du cimetière. Ce monument doit sa présence aux combats qui ont eu lieu autour du village, le 22 août 1914.

Au cours de l'été 1914, les troupes allemandes et françaises se battent autour d'une douzaine de localités du sud de la Belgique. Ces affrontements font partie de la bataille dite des frontières, qui est entrée alors dans l'histoire comme une des plus meurtrières de la Grande Guerre. Au cours des journées du 20 au 24 août 1914, la France va subir cent trente mille pertes en Belgique. Plus de vingt mille soldats provenant de toutes les régions de France sont morts en Ardenne et en Gaume.

Le cimetière de Maissin, est devenu la dernière demeure de 4.782 de combattants français et allemands morts en août 1914. C'est pour rendre hommage aux nombreux hommes des régiments d’infanterie quimpérois, vannetais et brestois qui reposent ici, qu'en 1932, ce calvaire breton fût installé. Il est accompagné d'une inscription en langue bretonne, que l'on peut traduire par ces mots: "La mort est le meilleur prêcheur, car sa voix porte jusqu'au fond! Écoute, compatriote, toi qui as du cœur: elle te demande d'être Breton de toute ton âme. Amis allons souvent nous recueillir sur les tombes."

Dans le village de Maissin, on peut encore voir les maisonnettes dites "du comité", construites en 1915, qui ont servi d'abris provisoires pour les villageois sinistrés lors des exactions commises par les Allemands en août 1914 dans le village. L'église Saint-Hadelin est dotée de vitraux racontant les souvenirs de la bataille de Maissin telle qu'elle fut vécue par les soldats mais aussi par les civils du village. On y trouve aussi, parmi d'autres souvenirs de ce douloureux épisode de l'histoire, un tronc de hêtre sur lequel un soldat a laissé trace de son passage à Maissin au travers d'une inscription gravée à la baïonnette.

Un habitant de Maissin, Monsieur Guy WILLEME, nous racontait en avril 2014  la découverte de ces inscriptions, vous pouvez regarder la vidéo ici

 

Suivez les traces du conflit, avec Isabelle Masson Loodts dans cette vidéo:

Traces et empreintes à Maissin

Juliette Patriarche