Bièvre 5555

Stages de Pâques : une bouffée d'oxygène en bulles de dix

Les stages des vacances de printemps ont débuté au Centre Culturel de Bièvre. Malgré la limitation du nombre de participants à 10 au lieu de 25 initialement prévus, l'organisation des stages ne s'en ressent pas

Avant le dernier conseil de sécurité, les stages des vacances de Pâques devaient être limités à 25 participants, mais ce nombre a été ramené à 10 une semaine avant le début des stages. Malgré ce changement de dernière minute, les stages du Centre Culturel de Bièvre n'ont pas été impacté. La situation avait été anticipée comme l'explique Marie Hardy, la directrice du centre culturel de Bièvre :

On s'est dit qu'on allait faire les choses avec les pires normes qu'on avait déjà eues. Comme ça, on n'a pas de mauvaises surprises. On n'a pas eu tellement tort finalement. On a prévu le pire, et le pire est arrivé. Donc le mieux était donc bien de ne pas prévoir des stages avec 15 enfants et puis finalement devoir en éliminer cinq. C'est inconcevable pour moi. 

À Bièvre deux bulles de dix enfants ont été prévues. Les plus petits suivent un atelier d'éveil à la musique et au corps. Mais dans cette activité, avec ce public en particulier, un petit nombre n'est pas un handicap, bien au contraire. Les explications d'Emma Roos, animatrice à la compagnie "Les oiseaux pas sages"

Ça me permet d'avoir vraiment une attention particulière pour chacun. C'est plus facile que lorsqu'on a un groupe de 15 à 20 enfants. Ici, ils sont sept, c'est tout à fait gérable. Et donc, on est dans une sorte de petite bulle familiale.

Dans une autre salle, les 6 à 12 ans participent à un atelier chant. Dans ce cas par contre, un groupe restreint impacte l'animation. La chorale perd de son effet de groupe. La timidité est moins facilement effacée lors des sessions de chants. Une autre contrainte pouvant s'avérer gênante pour cette activité : le port du masque pour l'animatrice. Amandine Lambert, animatrice pour Les Jeunesses Musicales de Namur :

C'est vraiment compliqué parce que les enfants ne perçoivent aucune émotion. Je remarque que les enfants, sur leur visage, deviennent de plus en plus neutres parce qu'il n'y a pas cet échange qu'on peut leur faire passer par le visage. Et ça c'est compliqué.

Malgré ces quelques contraintes, les stages de Pâques étaient attendus par les enfants. Ceux-ci représentent une véritable bouffée d'oxygène pour les jeunes qui n'ont pratiquement pas eu l'occasion de participer à des activités sociale ou culturelle depuis le mois de septembre.

Le centre culturel a cette année étalé ces stages sur les deux semaines de vacances scolaires afin de répondre à la demande. La semaine prochaine, les activités tourneront autour des arts plastiques et de l'univers d'Alice au pays des merveilles.

 

Les stages des vacances de printemps ont débuté au Centre Culturel de Bièvre. Malgré la limitation du nombre de participants à 10 au lieu de 25 initialement prévus, l'organisation des stages ne s'en ressent pas

Retrouvez l'article original sur MAtélé