Sport amateur : les experts ne veulent pas de reprise généralisée !

Ce n'est pas un bel avenir qui se dessine pour le sport amateur.

Ce n'est pas un bel avenir qui se dessine pour le sport amateur. Les conditions actuelles de l'évolution de la pandémie ont reporté la reprise des compétitions de sports amateurs comme le football par exemple.

Ce n'est même plus de la déception, c'est de la colère !

Cela fait des mois que les jeunes sportifs de plus de douze ans sont privés de leur discipline sportive. Pour Jean-Pierre Héraly, coach New BC Alsavin Belgrade, c'est tout une génération qui est sacrifiée "Il y a tout un aspect social au sport qu'on oublie. Ça va laisser des traces... Ça va avoir des répercussions sur le futur de ces générations privées de leur activité et du lien social qui en découle !" Pour la présidente d'un club de Hockey à Namur, la déception a fait place à la colère "On n'est même plus déçus, on est en colère ! On ne tient pas compte des impacts négatifs sur la santé mentale de nos jeunes que cette non-pratique engendre."

Certaines discipline sportives demandent un suivi constant pour assurer une évolution. Cet arrêt va freiner leur progrès. " Aujourd'hui ça fait un an qu'on ne joue plus, un an qu'on ne forme plus nos joueurs, il va y avoir une retard pour certains d'entre eux" nous explique le directeur sportif d'un club de Rugby à Namur, Thomas Rosart.

En attendant une reprise officielle, certains coachs et présidents réfléchissent déjà à comment organiser le retour à l'entraînement tout en respectant les mesures de sécurité.

Paul-Henri Burrion

Retrouvez l'article original sur RTBF