Tournai 7500

Sport amateur : "Difficile émotionnellement", raconte un gérant de salle de fitness

Il y a quelques jours, la rédaction des sports de la RTBF lançait un appel à témoignages (via l’adresse mail : sportamateur@rtbf.be) issus du sport amateur. Là aussi les annulations se sont enchaînées et le sport amateur est tout autant (si pas plus ?) remis en question.

Depuis vendredi dernier minuit, toutes les salles de fitness du pays sont fermées. Samuël Grulois a frappé à la porte de l'une d'elle, à Tournai. Et il y a rencontré un gérant, Axel Debruycker, un peu perdu, un peu triste mais lucide sur la situation. Les machines de musculation ne sont plus accessibles. Les cours collectifs (RPM, Pilates, Body combat, etc.) sont supprimés. Dans la salle règne un silence… inhabituel. Et déstabilisant.

Axel, qu’avez-vous ressenti en ouvrant ce matin votre salle ?

" Ça fait bizarre de voir Le Spatio (NDLR : le nom de l’établissement) vide, complètement vide. Arriver dans une salle vide, en plus ma propre salle, ça procure forcément un peu d’émotion. Je ne vais pas dire une émotion négative mais ça prend au cœur malgré tout. Je suis souvent à l’accueil, je conseille aussi les membres qui utilisent les machines sur notre plateau… Et là, le fait de venir ce matin, d’ouvrir la salle et de ne voir vraiment personne, c’est une sensation bizarre. "

C’est un peu comme les restaurateurs qui sont seuls en ce moment dans leurs restaurants vides… moi je suis seul dans ma salle de fitness. C’est un point commun pour celles et ceux qui ont un métier où l’on rencontre beaucoup de gens. Pour eux, pour nous, c’est un peu plus difficile émotionnellement.

Toutes vos machines de musculation sont à l’arrêt…

" Oui… Ce sont des machines qu’on utilise au quotidien et les voir en inactivité, ça me procure un sentiment particulier. En fait, c’est un peu comme les restaurateurs qui sont seuls en ce moment dans leurs restaurants vides… moi je suis seul dans ma salle de fitness. C’est un point commun pour celles et ceux qui ont un métier où l’on rencontre beaucoup de gens tous les jours. Pour eux, pour nous, c’est un peu plus difficile émotionnellement que pour les personnes qui bossent dans un bureau et qui voient par conséquence moins de monde. "

Quand on a l’habitude de faire du sport tous les jours, c’est compliqué de s’arrêter soudainement du jour au lendemain. Mais de notre côté, on propose des solutions à nos membres, avec notamment des séquences sur Facebook.

Un sportif privé de sport atteint assez vite son seuil d’irritabilité…

" Oui oui ! Je pense que tous les sportifs se reconnaîtront. C’est clair que quand on a l’habitude de faire du sport tous les jours, qu’on soit professionnel ou amateur, c’est compliqué de s’arrêter soudainement du jour au lendemain. Mais de notre côté, on propose des solutions à nos membres pour s’entraîner seuls, avec notamment des séquences sur Facebook. On n’oublie pas nos aficionados. "

Ces semaines de fermeture forcées vous permettent aussi de faire un peu de rangement, non ?

" On a souvent l’habitude, en fin de journée, de retrouver du matériel disséminé un peu partout dans la salle. Ranger fait donc partie de notre quotidien. Mais là, comme on a vraiment le temps, on va en profiter pour ranger à fond et faire en sorte que tout soit nickel quand on pourra reprendre l’activité. Tout sera alors opérationnel pour que nos adhérents puissent profiter de la salle correctement.

Chaque poids, chaque haltère a sa place…

" Tout-à-fait ! On va ranger kilo par kilo, matériel par matériel… Finalement, c’est moi qui fais de la muscu en rangeant ! "

Samuel Grulois