Liege 4000

Si ce n'est la ville de Liège, qui est propriétaire des remparts de Notger ?

La rue des remparts, comme son nom le laisse entendre, c'est l'ancien chemin de ronde d'un bastion des fortifications liégeoises de l'an mil.

Quelques maisons ont été construites sur ce promontoire. Les habitants viennent de recevoir une lettre du service communal de salubrité. Une expertises des murs de soutènement a révélé des défectuosités. Et c'est aux propriétaires du dessus qu'il incombe individuellement de réparer et de rejointoyer. 

Devant l'ampleur des sommes à débourser, quelques-uns ont été relire les actes d'achat devant notaire, et n'ont pas trouvé trace d'une clause qui leur attribue des droits réels sur les maçonneries en contre-bas. D'autres ont mis des juristes sur l'affaire. C'est un ouvrage militaire, c'est donc du domaine public. Mais des parcelles ont été aliénées, cédées, à diverses époques, au seizième, au dix-septième, au dix-huitième, selon des formules biscornues de concessions, de rentes ou d'accenses qui ont disparu avec l'ancien régime. Difficile de s'y retrouver dans les limites cadastrales. 

Quoi qu'il en soit, la ville, à plusieurs reprises, jusqu'au début des années mille neuf cents, a financé des travaux de restauration, de reconstruction, d'amélioration, de consolidation des remparts.  Des registres en attestent. Pourquoi à présent vouloir mettre ce type de dépense à charge des particuliers ? L'un des derniers vestiges de la cité médiévale mérite autre chose qu'une querelle de voisinage ou un litige de mitoyenneté.

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF