Schaerbeek 1030

Schaerbeek n'organisera pas de soirée hommage à Maurane en 2020

La commune de Schaerbeek fait marche arrière et n’organisera pas de soirée hommage à Maurane en mai 2020, pour le deuxième anniversaire de sa disparition.

 Les autorités souhaitaient marquer le coup l’année prochaine, au travers d’un concert avec prises de parole et présence d’artistes amis de l’interprète de "Toutes les mamas". Dans quelle salle ? Le "140" à Schaerbeek, qui a soutenu Maurane à ses débuts était une des pistes privilégiées.

Faute de moyens financiers et humains

Mais faute de moyens financiers, humains et d’expérience dans l’organisation de concerts, le collège de la bourgmestre Cécile Jodogne (DéFI) et échevins a décidé tout récemment d’abandonner le projet. Une prévision budgétaire de près de 50.000 euros a été évoquée. Une éventuelle dépense finalement jugée trop importante au regard d’autres projets culturels ainsi que des contraintes budgétaires de la commune. En mars 2019, le collège alors présidé à Bernard Clerfayt (DéFI) avait pourtant bien "approuvé le principe de l’organisation d’une soirée dédiée à Maurane".

Un appel au privé ?

"Quand il s’agit de Maurane, nous ne pouvons pas nous permettre d’organiser une soirée sans envergure", souligne le cabinet de la bourgmestre. "Et puis qui inviter ? Quelques amis intimes ? Des vedettes de la chanson française ? La troupe des "Enfoirés"? La commune est incapable d’organiser ce type d’événement, ce n’est pas sa mission première. Nos moyens ne nous le permettent pas. Ceci étant, la porte n’est pas définitivement fermée dans le cas où un partenaire privé souhaiterait prendre en charge l’organisation de cet hommage à Schaerbeek." Bref : un promoteur de concerts en capacité de réunir un plateau d’artistes

En mai dernier, la commune de Schaerbeek avait rebaptisé symboliquement la placette où résidait la chanteuse (la rue Jacques Rayé) en square Maurane. Une inauguration en présence de la famille.

Maurane est décédée le 7 mai 2018, à son domicile schaerbeekois.

Karim Fadoul

Retrouvez l'article original sur RTBF