"Sauvons Bambi", des drônes pour sauver les faons

Ils sont quasiment impossibles à repérer à l'œil nu.

Les premiers jours de leur vie, les faons se cachent dans les hautes herbes. Même face au danger, ils ne bougent pas. Résultat : au moment du fauchage, les agriculteurs passent dessus avec leurs machines agricoles sans même s'en rendre compte. Jusqu'à présent, le repérage consistait à parcourir les champs à pieds. Une opération très longue à effectuer et qui manque d'efficacité. Car même situé à un mètre de distance, le faon est souvent invisible à l'œil nu.

Survol de caméra thermique

C'est à l'aide d'un drone équipé d'une caméra thermique que l'association "Sauvons Bambi" mène ses missions. Une technologie de pointe qui permet de repérer tout animal à plus de 80 mètres de hauteur. Pour Cédric Petit, qui a lancé cette opération, "le but est de sauver aussi des nids d'oiseaux nicheurs au sol. La caméra thermique est même capable de repérer des œufs. Si nous avons lancé cette association, c'est parce qu'il y a cette possibilité de sauver de nombreux animaux à portée de main". Aucune statistique n'existe en Belgique actuellement sur ce sujet, mais rien qu'en Allemagne près de 100.000 animaux perdraient la vie lors du fauchage annuel.

Le modèle suisse

L'association "Sauvons Bambi" est à l'initiative d'une poignée de passionnés qui ont investit sur fonds propres. Leur ambition est de couvrir toute la Belgique et offrir aux agriculteurs une aide gratuite. Le modèle de référence est la Suisse où une fondation est chargée de récolter des fonds privés et publics. Un véritable réseau y a été créé, regroupant une centaine de personnes. Des pilotes et autres accompagnants se rendent disponible chaque année baliser les prairies au moment de la fauche. Cédric Petit précise que "des fonds publics et sponsors du privé sont aussi mobilisés en Allemagne et aux Pays-Bas. Au vu du prix des drones et des caméras thermiques, ces moyens sont nécessaires si nous voulons un jour pouvoir couvrir tout le territoire de la Belgique"

Valentin Boigelot

Retrouvez l'article original sur RTBF