Samu Social: un nouveau directeur, une nouvelle asbl, un nouveau nom et un nouveau projet

Le Samu Social a un nouveau directeur.

Il s'agit de Sébastien Roy. Une personnalité apolitique qui vient de l'humanitaire. Il a travaillé 20 ans chez Médecins Sans Frontières. Sébastien Roy reprend les rênes du Samu Social à un moment stratégique alors que l'asbl s'apprête à faire peau neuve, deux ans après le scandale qui avait éclaboussé cette structure d'aide d'urgence aux sans-abris.  

Asbl de droit public

Aujourd'hui, le Samu Social est toujours une asbl de droit privé. Ce ne sera plus le cas dans quelques semaines. Elle deviendra une asbl de droit public, fin avril. Et ce en application de la nouvelle ordonnance régionale votée après le scandale. Siègeront alors dans le conseil d’administration : 6 représentants de la Région et 5 représentants de la société civile issus du secteur du sans-abrisme. Le CA devra donc rendre des comptes à son principal bailleur de fond, à savoir la Région bruxelloise. Ce n'était pas le cas jusqu'ici et c'est sans doute ce qui a permis certaines dérives dans le passé. Davantage de transparence donc. Et le principe du bénévolat pour les futurs nouveaux administrateurs qui prendront leur fonction à la mi-mai. "C’est déjà le cas actuellement avec le conseil d’administration transitoire", explique Sébastien Roy. "Il y a plusieurs mesures qui ont été prises pour donner suite aux recommandations de la commission parlementaire après le scandale. On peut noter aussi le principe de la double signature pour les dépenses importantes. Ce qui implique un contrôle mutuel pour éviter que le pouvoir ne soit concentré dans les mains d’une seule personne."

Changement de nom et nouveau projet

Le changement de statut de l’asbl n’aura en principe, aucun impact sur les travailleurs du Samu Social qui devrait d'ailleurs changer de nom. La réflexion est toujours en cours. En interne, en tout cas la volonté est de marquer une rupture nette avec cette identité associée sans doute pour longtemps encore à ce scandale. "L’idée est de reconstruire l’identité du Samu autour d’une nouvelle mission, d’une nouvelle vision et d’un nouveau projet."   

Comment améliorer la qualité de l’accueil des sans-abris, comment s’ouvrir à d’autres partenaires. C’est ce qui va sous-tendre ce nouveau projet. "J’ai été recruté avec le profil que j’ai pour travailler sur la mission sociale. Cette manière de percevoir et de prendre en charge les exclus d’une société, cela donne une idée de la valeur de cette société."

Et l’objectif est d’élargir cette notion d’aide. De ne pas la limiter à l’urgence. "La limite entre aide d’urgence et aide à l’insertion est toujours un peu ténue. Mais le but de mon projet est de créer des ponts entre les deux. Cela implique de travailler avec les partenaires. Ce qui a un peu manqué au Samu Social ces dernières années. Le Samu a parfois eu l’image d’être un peu replié sur lui-même. Et je pense qu'aujourd’hui, il est temps de s’ouvrir parce qu’il y a plein d’initiatives qui se font ici à Bruxelles ou ailleurs dans de petites associations. Et c’est intéressant pour nous de voir ce qui se fait à d’autres niveaux ".  

Pierre Vandenbulcke

Retrouvez l'article original sur RTBF