Sammy Mahdi (CD&V): "N-VA et PS ont bien plus de points communs qu'ils ne l'avouent"

La possible coalition arc-en-ciel associant socialistes, libéraux et verts est revenue au centre de l'actualité politique, après une réunion discrète entre les six partis des ces familles ce weekend.

La possible coalition arc-en-ciel associant socialistes, libéraux et verts est revenue au centre de l'actualité politique, après une réunion discrète entre les six partis des ces familles ce weekend. La N-VA et le CD&V n'y étaient pas et crient à la trahison. Cette option arc-en-ciel est elle crédible? Et surtout, est-elle démocratique, quand on sait qu'elle ne représente qu'un électeur flamand sur trois? Deux invités sur le plateau de CQFD pour en parler: Gilles Vanden Burre, député fédéral Ecolo et Sammy Mahdi, candidat à la présidence du CD&V.

Nous sommes du côté des solutions

Gilles Vanden Burre s'étonne des réactions suscitées par la réunion "secrète" tenue sous la houlette de l'informateur royal Paul Magnette samedi. "Le 21 décembre, cela fera un an que nous avons un gouvernement en affaires courantes et minoritaire, nous sommes du côté des solutions, alors quand nous sommes invités à une réunion par l'informateur, avec d'autres partis pour trouver des solutions, et bien nous y allons, et nous continuerons à y aller", explique le député écologiste. 

6 partenaires de prédilection sur 10 

Pour Sammy Mahdi, on essaie de former un gouvernement depuis le mois de mai et "Paul Magnette s'est affairé à parler contenu, avec dix partenaires possibles pour travailler ensemble". "Le problème, dit-il, c'est quand on réalise que sur les dix, il y a six partenaires de prédilection et que les autres ne sont pas informés de la même manière: il y a ici un problème de confiance". Une confiance qui pourra être réinstaurée si Bart de Wever revient dans la danse, pour le député social-chrétien: "Il faut donner une responsabilité à Bart de Wever, la même qu'a prise Paul Magnette".

Le CD&V demande même une mission de coformateurs qui associerait Paul Magnette et Bart De Wever. "Si l'informateur veut former une coalition arc-en-ciel, à 76 sièges, il a le droit de le faire", concède Sammy Mahdi, conscient que le gouvernement sortant, auquel son parti est associé, est minoritaire côté francophone. "Mais par après, essayer de renforcer cette coalition de l'extérieur, ça devient compliqué et nous ne signerons pas un accord dans ce cadre-là", assure-t-il.

Pour Sammy Mahdi, "N-VA et PS ont bien plus de points communs qu'ils ne l'avouent, que ce soit au niveau institutionnel, au niveau socio-économique et même au niveau de la migration", assure encore le candidat à la présidence du CD&V.

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Catherine Tonero

Retrouvez l'article original sur RTBF