Salles de fitness: de nouvelles règles anti-dopage entrent en vigueur en Fédération Wallonie-Bruxelles

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé jeudi l'arrêté d'application d'un décret de 2018 visant mieux lutter contre parmi les sportifs amateurs, notamment ceux qui fréquentent des salles de fitness où des contrôles pourront être menés à l'avenir.

L'entrée en vigueur de ces dispositions permet à l'Organisation nationale anti-dopage (ONAD) en Communauté française de répondre à ses obligations internationales en la matière.

Jusqu'à présent concentrés sur le sport de haut niveau, les contrôles de l'ONAD peuvent désormais aussi cibler les disciplines pratiquées de manière libre et sans affiliation sportive, comme le fitness ou les courses à pied où le dopage est de plus en plus courant.

Pour atteindre une meilleure efficacité, l'ONAD jouit d'une véritable autonomie et seule la commission interfédérale disciplinaire en matière de dopage (CIDD) aura la compétence de sanctionner tout cas de dopage allégué ou constaté par l'ONAD, et non plus les différentes fédérations.

À côté des sanctions sportives, il est également prévu que les sportifs dopés se verront infliger une amende administrative proportionnelle à la gravité des faits commis. Le produit de ces amendes financera des actions de prévention/sensibilisation, notamment auprès des jeunes sportifs.

"Le dopage constitue une falsification des compétitions qui est en contradiction totale avec l'esprit du sport. Mais il présente également un risque important pour la santé des sportifs. La recherche de performance par des sportifs, tant professionnels qu'amateurs, doit se faire de manière propre et au bénéfice de leur santé, jamais au détriment de celle-ci", a commenté la ministre des Sports en FWB, Valérie Glatigny (MR).

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF