Revue de presse : Les portes des magasins vont-elles se rouvrir comme en France ?

La presse s'ouvre ce matin sur une grosse dose de jalousie !

Jalousie à l'égard de nos voisins comme la France chez qui le déconfinement s'amorce.

La France qui comme l'écrit le Figaro respire un peu.

Ce sera pour nos voisins, un déconfinement de la France en 3 étapes, explique le Soir 28 novembre ce samedi.

15 décembre, et 20 janvier et avec pour Chacune de ces dates, la condition de maintenir l'épidémie maîtrisable.

Ces décisions, explique le quotidien, sont prises sous la pression. Par un gouvernement d'une France toujours en rouge. Un gouvernement qui aurait préféré ne rien ouvrir du tout alors que sa situation sanitaire est moins lourde que la nôtre.

 

La France rouvre tous ses commerces ?

Et nous, demande la Libre ?

Et nous, c'est comme hier, nous n'aurons pas la réponse avant vendredi.

 

La Dernière Heure répercute le cri d'alarme des commerçants. Ceux pour qui c'est rouvrir ou mourir.

A ce sujet, le Morgen est celui qui ce matin laisse entrevoir la perspective la moins sombre. Les portes des magasins pourraient " s'entreouvrir " pourraient (on ne s'emballe pas...).

Mais selon le Morgen, oui, le gouvernement envisagerait d'autoriser les achats dans des conditions strictes.

Le scénario que la presse répète depuis plusieurs jours reste celui d'une ouverture sur rendez-vous.

 

Des infos sur la Défense, l’armée veut créer de nouveaux emplois :

1.500 jobs à Charleroi.

C'est la Une de l'Echo qui explique qu’il s'agit de créer un quartier militaire dans le Hainaut. Un second, en Flandre orientale.

L'objectif, pour Charleroi, se serait d'intégrer l'armée dans la dynamique industrielle de la ville. Il s'agirait d'un concept révolutionnaire axés sur une coopération forte avec les acteurs de l'écosystème locale.

La Libre traduit tout cela : pour mieux recruter la Défense va bâtir deux nouvelles casernes, dont l'une pourrait se trouver à Charleroi, pourrait car tout cela est encore un projet qui doit faire l'objet d'une étude de faisabilité.

En Une aussi, après l'armée, la police et la sécurité routière.

Un conducteur sur trois sera contrôlé chaque année, c'est l'Avenir qui le dit et espérons pour ce conducteur que ce ne soit pas toujours le même.

Non, sérieusement, l'idée de la ministre de l'intérieur, c'est de contrôler plus fréquemment... Et donc, ici, aussi, pour les bleus comme chez les verts, il devra y avoir du recrutement.

1.600 policiers vont être embauché.

L'objectif ciblé est triple, la sécurité routière, la criminalité organisée et le terrorisme.

La revue de presse de Nicolas Vandenschrick

Retrouvez l'article original sur RTBF