Retour des enfants à l’école : les mesures imposées sont "inapplicables", selon une infectiologue

La majorité des élèves francophones ne peut toujours pas reprendre le chemin de l’école, ou uniquement selon des modalités très restreintes. Un constat que regrette fortement Charlotte Martin, infectiologue au CHU Saint-Pierre, interrogée dans Questions en prime.

Permettre une rentrée scolaire à tous les enfants, est-ce raisonnable ?

Charlotte Martin en est convaincue :

Maintenant, ce serait raisonnable. Et je pense d’ailleurs que c’est même indispensable ! On est en train de laisser des enfants au bord de la route. Et ça, dans notre société, c’est insupportable.

"Au début de la pandémie on n’avait pas assez d’information pour savoir si fermer les écoles ou les laisser ouvertes était une décision raisonnable, donc on les a fermées, c’était le principe de précaution. Mais maintenant on a accumulé suffisamment de connaissances pour savoir que rouvrir relativement largement les écoles ne serait pas un risque pour la gestion de l’épidémie."

Une réouverture, avec ou sans les mesures de distanciation ?

Charlotte Martin estime que les mesures sont inapplicables dans les écoles. A l’origine, ces mesures avaient été établies pour limiter le risque de contamination chez les personnes âgées, notamment dans les magasins. Ces règles ont été transposées telles quelles dans le système scolaire.

Une erreur, selon l’infectiologue : "On a appliqué les mêmes mesures sans voir qu’il s’agissait d’un contexte tout à fait différent et d’un risque tout à fait différent. On sait maintenant que les enfants infectés, ne le seront pas gravement. Et on sait que les enfants ne transmettent pas efficacement le virus aux adultes."


►►► À lire aussi : notre dossier sur l'épidémie de coronavirus


 

Julien Nicaise, administrateur général du réseau Wallonie-Bruxelles enseignement, se dit lui aussi favorable à un retour plus massif vers les salles de classe. Il constate cependant que les mesures en vigueur aujourd’hui, jugées trop contraignantes, ne permettent pas ce retour tant attendu : "Ce sont des mesures qui ont été décidées il y a plus d’un mois pendant que le confinement était maximal."

Les connaissances sur la maladie évoluent. Beaucoup de spécialistes souhaiteraient, dès lors, que les mesures qui encadrent l’école évoluent à leur tour. C’est d’ailleurs l’un des enjeux de la carte blanche des pédiatres qui plaident un retour à la vie normale pour les enfants.

Claire Verstraete

Retrouvez l'article original sur RTBF