Vresse-sur-Semois 5550

Résistants en Ardenne: un livre évoque "les petites mains de l'Histoire"

Ils sont des centaines à avoir caché des aviateurs alliés dans les forêts ardennaises au cours de l'opération "Marathon en Ardenne". Un livre leur rend hommage.

 

Maurice Petit est un historien amateur qui adore mener des enquêtes historiques; c'est le cas avec cette recherche sur les "petites mains de l'Histoire", comme il dit, ces centaines de résistants anonymes qui ont caché des aviateurs alliés pendant la seconde Guerre Mondiale:

Les aviateurs alliés, quand ils avaient la chance de ne pas être tués dans leur avion, ou d'être abattus ou emprisonnés au sol, pouvaient être récupérés par des filières d'évasion et être amenés progressivement par la France, le Portugal, l'Espagne, pour rejoindre l'Angleterre. Mais à partir de 1943, les raids ont augmenté de manière phénoménale donc les pertes ont suivi en proportion, or les filières d'évasion avaient été décimées par des arrestations massives. Il fallait trouver une solution pour sécuriser ces aviateurs. Les Britanniques ont monté des opérations alternatives d'évacuation à titre de test. On en a tiré la leçon que les filières ne suffisaient plus, on a essayé autre chose : établir des camps en France et en Belgique, pour rassembler quelques dizaines d'aviateurs. Attendre la Libération sur place, c'est l'opposé de ce qui se faisait avant, c'est une révolution copernicienne : au lieu de les faire transiter sur des milliers de km, on les maintient sur place pendant des mois voire des années.

Au-delà de l'intérêt historique pour ces camps d'aviateurs, c'est l'occasion pour Maurice Petit de mettre en avant le rôle des résistants:

 

C'est le rôle de ce que j'appelle les "petites mains de l'Histoire", les gens oubliés par l'Histoire ont été des centaines, on les retrouve sur toute la chaîne humaine entre le point de chute de l'avion jusqu'aux camps: des relais, des hébergeurs, des guides, des cyclistes... Des quantités de gens ont travaillé et ont parfois été récompensés d'un titre d'agent de renseignement et d'action, mais c'est minoritaire, car la plupart sont restés dans l'oubli : même dans les familles, on ignorait ce que des grands-parents dont on savait qu'ils étaient « résistants » avaient bien pu faire pendant la guerre.

Comment Maurice Petit s'est-il retrouvé à s'intéressé à ce pan de l'Histoire?

 

Le point de départ c'est de constater qu'un des 6 camps se trouvait près de La Roche en Ardenne, dans ma région et que pratiquement personne n'en connaissait l'histoire; j'avais détecté cette bizarrerie lors de recherche antérieures, et comme il y a des zones d'ombre, c'est donc un terrain de recherche idéal pour un chercheur passionné. J'ai procédé à partir de deux 2 sources importantes, les archives d'après-guerre et des témoignages recueillis dans des familles, où parfois on avait gardé des documents, un compte-rendu, une médaille, etc.

 

>> Le livre a été édité par le Famenne Art Museum: renseignements ici

Ils sont des centaines à avoir caché des aviateurs alliés dans les forêts ardennaises au cours de l'opération "Marathon en Ardenne". Un livre leur rend hommage.

Retrouvez l'article original sur MAtélé