Namur 5000

Rencontre avec Romain Pantoustier, artisan parfumeur namurois

Romain Pantoustier fait partie du cercle très fermé des artisans parfumeurs en Belgique. Il participera à la Journée de l'Artisan le 17 novembre.

Alors qu'il travaillait pour des multinationales, Romain Pantoustier a tout plaqué pour une approche plus artisanale du parfum. Depuis un an seulement, il s'occupe seul de confectionner des parfums qu'il vend dans son atelier situé au cœur de Namur, avec parfois l'aide de son épouse.

D'abord diplômé en chimie et en marketing, c'est avec une grande motivation et une passion sans borne que Romain va travailler d'arrache-pied pour entrer dans le monde des senteurs. Formé par des maîtres parfumeurs, il apprend "le solfège des odeurs", mémorise entre 1000 et 2000 matières olfactives et s'approprie un vocabulaire bien spécifique.

La nature : une source d'inspiration

Dans sa parfumerie, Romain propose un large choix d'odeurs, souvent inspirées de la nature. "La plupart du temps, je m'inspire d'une sensation qui implique une odeur : je me promène à l'orée des bois sur le sommet de la Citadelle, il vient de pleuvoir. Il y a cette odeur d'humus, c'est l'automne : cette ambiance me touche, elle exprime quelque chose. En retournant à l'atelier, j'essaye de recréer cet instant".

'Jasmin d'été', 'Fougère sauvage', 'Jardin des roses' : ces senteurs issues d'essences nobles et naturelles ont toutes été confectionnées dans le respect de l'environnement, aucune ne contient de conservateur. Si les matières utilisées par l'artisan parfumeur proviennent du monde entier, il met un point d'honneur à travailler avec des partenaires locaux : "mon flaconnage vient de Ittre, les étiquettes viennent de Namur… "

En plus de la parfumerie fine, Romain propose une gamme de parfumerie d'ambiance, de gels douches et de laits hydratants. Tous ses produits sont aussi disponibles dans sa boutique en ligne.

Du partage

Pour Romain, l'artisanat est synonyme d'un partage de savoir-faire. "Lorsque quelqu'un entre dans mon atelier, mon objectif n'est pas de vendre un parfum", explique-t-il, "je veux avant tout transmettre ma passion de la parfumerie".

Et puisque les odeurs le passionnent, il les expérimente également sur le terrain de l'art culinaire : "mon intérêt pour les odeurs a été travaillé sans le savoir par le plaisir de la gastronomie", analyse-t-il, "ma mère est une excellente cuisinière, mon père est amoureux des vins. Depuis mon enfance, je baigne dans un univers olfactif". Cet intérêt l'a récemment conduit à collaborer avec le restaurant Le d'Arville (Assesse) pour créer des voyages sensoriels.

Avant qu'il retourne dans son atelier, on lui demande par curiosité, à quel endroit du corps il nous conseille de nous parfumer. Il nous répond sans hésiter : "j'aime inciter les gens à se parfumer sur les cheveux : le sébum du cheveu est un très bon fixateur".

 

Ferdinand Bouillard

Ferdinand Bouillard

 

Pour retrouver toutes les informations relatives à la journée de l'artisan, c'est par ici >>
http://www.journeedelartisan.be/fr/