Région bruxelloise : selon Brupartners, il faut intégrer la lutte contre la précarité dans le plan de relance

La conseil économique et social de la Région bruxelloise, Brupartners "demande avec insistance que la lutte contre les situations de pauvreté et de précarité dans la capitale soit pleinement intégrée dans les politiques de relance".

La conseil économique et social de la Région bruxelloise, Brupartners "demande avec insistance que la lutte contre les situations de pauvreté et de précarité dans la capitale soit pleinement intégrée dans les politiques de relance".

Cette instance d'avis réunit les représentants des organisations représentatives des employeurs, des classes moyennes, des employeurs du secteur non-marchand et des travailleurs de la Région bruxelloise dont il constitue l'organe principal de concertation socio-économique.

Elle a adopté jeudi un avis d'initiative relatif aux impacts de la crise du covid-19 sur les situations de pauvreté et de précarité dans la Région-capitale.

Partant des constats frappants d'aggravation de la situation socio-économique des familles bruxelloises et des travailleurs, les interlocuteurs sociaux bruxellois ont formulé dans ce cadre une série de recommandations à l'attention du gouvernement bruxellois.

A leurs yeux, Bruxelles, ville-Région densément peuplée, est particulièrement touchée par la pandémie et les conséquences sont toujours bien visibles. Avant la crise, près d'un tiers des Bruxellois étaient déjà à risque de pauvreté. Face à l'amplification du phénomène, Brupartners demande des réponses appropriées rapidement.

Ses recommandations portent notamment sur une approche intégrée de la lutte contre la pauvreté et les discriminations; la garantie des revenus et la lutte contre les inégalités; une organisation du travail inclusive; une accessibilité des services publics pour tous; une politique du logement durable et abordable; une politique de la mobilité intégrant les différentes composantes de la société; une politique numérique et de l'innovation tenant compte des réalités de la fracture numérique et une politique de la santé financée à la hauteur des enjeux.

Brupartners considère nécessaire de mener une étude et des analyses chiffrées, intégrant les perspectives du genre et de la pauvreté, sur l'impact de la crise du covid-19 sur la population avec une attention particulière pour les groupes précarisés, comme ceux des personnes percevant un revenu d'intégration sociale, les familles monoparentales, les jeunes en stage d'attente, les étudiants en emploi, les travailleurs précaires, les travailleurs sans emploi, les travailleurs à temps partiel, les travailleurs en chômage temporaire, les travailleurs à faible revenu et les personnes dont le revenu est en dessous du seuil de pauvreté, les personnes vivant en institution et les groupes de personnes moins visibles, telles que les personnes sans-papiers ou les personnes sans domicile fixe.

Belga News

Retrouvez l'article original sur RTBF