Dinant 5500

Ras-le-bol des blouses blanches: "On est plus mal que nos patients"

La grogne des blouses blanches s’exprime chaque mardi. Cette fois, toutes les catégories des travailleurs s’expriment à Dinant, au CHU UCL. Désormais, le mouvement s’étend au personnel des maisons de repos.

Mardi matin, 10h, le personnel de l'implantation hospitalière de Dinant du CHU-UCL Namur se rassemble sur le parvis de l'hôpital. Une courte pause dans la journée de travail pour exprimer leur ras-le-bol de la situation.  Pour cette action, tous les services périphériques, techniques et administratifs se sont joints aux blouses blanches. Toutes les catégories de travailleurs se sentiraient mal dans leur travail à l'hôpital. Ils s'expriment sur leur réalité quotidienne:

Les départs à la pension ou à la prépension et les personnes en maladie ne sont pas remplacés. Les heures supplémentaires sont impossibles à récupérer. C'est une escalade, on n'est pas suffisamment nombreux et ce sont les patients qui en pâtissent. On ne sait plus bien faire notre travail. On a plus le temps de parler avec les patients, or, c'est nécessaire. Mais on pense à tout le travail qui nous reste à faire.

Une mobilisation pendant la pause de 10h

La mobilisation inédite n'a pas perturbé le travail. La courte pause de 10h a permis aux travailleur de dénoncer la pression et la détérioration de leurs conditions de travail. Pour cette mobilisation, une attention particulière accordée aux maisons de repos, où la situation et les conditions de travail sont identiques. C'est ce qu'explique Claire De Pryck, secrétaire permanente de la CNE pour le secteur hospitalier dans le namurois:

On court toujours et on en a marre. On court tout le temps. On voudrait retrouver du temps pour parler aux résidents, pour parler aux patients, pour les écouter. C'est essentiel pour retrouver le sens même de la fonction qu'on a choisie quand on a décidé d'aller travailler à l'hôpital ou en maisons de repos.

“Un budget pour les soins de santé est urgent.”  Pour le syndicat CNE, il est essentiel que ce message passe maintenant, vers ceux qui vont négocier les prochains gouvernements.

La grogne des blouses blanches s’exprime chaque mardi. Cette fois, toutes les catégories des travailleurs s’expriment à Dinant, au CHU UCL. Désormais, le mouvement s’étend au personnel des maisons de repos.

Retrouvez l'article original sur MAtélé