Qui est Katie Bouman, la scientifique derrière l'image du trou noir ?

Ce sont des images qui ont fait le tour du monde ce mercredi.

Ce sont des images qui ont fait le tour du monde ce mercredi. Pour la première fois, un trou noir, cet objet tellement dense que ni la matière ni la lumière ne peuvent s’en échapper, a été photographié. Censé être invisible, celui-ci a pu être capturé par un réseau mondial de scientifiques, l’équipe Event Horizon Telescope (EHT), qui a décrit cette image comme une avancée majeure dans notre compréhension de l’univers.

Situé au centre de la galaxie M87 à 55 millions d’années-lumière de la Terre, ce trou noir est l’un des plus massifs qui existe. Derrière ces images se cache en réalité Katie Bouman, 29 ans, une scientifique américaine de l’Université d’Harvard et membre clé de l’équipe EHT. Celle-ci a passé des années à rassembler des données et à créer des algorithmes capables de fournir cette image historique.

Un parcours impressionnant

Née dans l’état d’Indiana aux Etats-Unis, la jeune femme étudie d’abord le génie électrique à l’Université du Michigan avant de se lancer dans un Master en électricité puis dans un doctorat au fameux Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Elle travaille ensuite à l’observatoire Haystack du MIT avant d’intégrer l’équipe EHT. Bouman, qui écrit également pour la revue Astronomy Now, était encore en master lorsqu’elle a conçu l’un des algorithmes qui a permis d’obtenir l’image du trou noir.

En 2017, elle avait déjà eu l’occasion de donner une conférence à ce sujet, « How to Take a Picture of a Black Hole », durant un TED Talk.

En travaillant sur ce projet pendant trois ans en compagnie de centaines de scientifiques, Katie Bouman a développé la technique qui a permis de rassembler toutes les données pour former cette image avec une telle précision. En réalité, celle-ci a été réalisée il y a deux ans avant que d’autres observations ne soient effectuées. Ce n’est que le mercredi 10 avril que 6 conférences de presse simultanées à travers le globe ont exposé ce travail de longue haleine.

Des années de travail

Katie Bouman a dû conserver le secret de ses avancées, comme elle l’explique au Times. « C’était très difficile de garder les lèvres scellées », explique-t-elle. « Je n’avais même pas parlé de cette photo à ma famille. »

Durant des années, Katie et son équipe ont dû créer des algorithmes capables de traiter ces données astronomiques qui ont permis de rassembler ces informations en une seule photo. Au total, ce sont plus d’une demi-tonne de disques durs contenant 5 petaoctets, l’équivalent de 5 millions de giga, qui ont été transmises par avion à l’observatoire Haystack du MIT.

« Nous avons développé des moyens de générer des données synthétiques et utilisé différents algorithmes. Nous avons également testé à l’aveuglette si nous pouvions récupérer une image », a expliqué Bouman à CNN. « Nous ne voulions pas développer un seul algorithme. Nous voulions développer de nombreux algorithmes différents intégrant des hypothèses différentes. Si tous retrouvent la même structure générale, cela renforce votre confiance. »

En combinant les données des nombreux radiotélescopes et observatoires dans le monde mis à contribution, ce sont deux trous noirs qui ont pu être visés à l’aide d’un télescope virtuel de la taille de la terre. C’est finalement le plus lointain dont les images ont fourni un meilleur rendu.

Saluée par le monde entier

Katie Bouman a toutefois le triomphe modeste, en atteste ses déclarations à CNN : « Personne parmi nous n’aurait pu le faire seul. Cela a été possible grâce à de nombreuses personnes différentes venant de divers horizons ».

Depuis hier, ce gigantesque travail a pu être présenté à la presse et son visage a naturellement fait le tour des médias. Un parallèle a également été fait entre sa photo devant les nombreux disques durs de données utilisés et celle de Margaret Hamilton, la femme qui avait conçu le code permettant à l’homme d’atterrir sur la Lune.

A l’image de cette dernière, le rôle des femmes dans la science n’est pas reconnu à sa juste valeur mais nul doute que depuis hier, celui de Katie Bouman a enfin pu être mis en lumière.

Alex Tabankia

Retrouvez l'article original sur RTBF