Schaerbeek 1030

Quand Johnny Hallyday se produisait pour la première fois à Bruxelles, il y a 56 ans

En octobre 1961, le Palais des sports de Schaerbeek reçoit une future superstar: Johnny Hallyday. C'est la première fois que ce fils de Schaerbeekois se produit à Bruxelles en solo et sous ce pseudonyme. Ce grand espace - qui a été rasé cinq ans plus...

En octobre 1961, le Palais des sports de Schaerbeek reçoit une future superstar: Johnny Hallyday. C'est la première fois que ce fils de Schaerbeekois se produit à Bruxelles en solo et sous ce pseudonyme. Ce grand espace - qui a été rasé cinq ans plus tard -  est loin d'être plein, mais il accueille tout de même plusieurs centaines de personnes.

Parmi eux, on trouve Walter Houwaert. Avec quelques copains, il vient voir celui que l'on décrit déjà comme un "phénomène". Il faut dire que le prix du billet est raisonnable: à peine l'équivalent d'1,50 euro.

"C'est une des premières fois que l'on pouvait entendre un chanteur reprendre en français des artistes anglophones que l'on écoutait sur notre Jukebox. Elvis Presley par exemple", explique Walter Houwaert. "Ca changeait beaucoup de ce qu'on entendait à la radio". 

On se disait déjà qu'il irait loin 

Mais dès le début concert , c'est la douche froide: des "anti-Johnny" font un maximum de bruit pour tenter de déstabiliser le chanteur et masquer le son de sa voix. Le rockeur ne se laisse pas intimider et arrive à donner son concert sous les cris et les applaudissements de la foule.

"Johnny ne laissait pas indifférent", explique Walter Houwaert, "il ne lâchait pas et il parvenait à s'approprier le public. On se disait déjà qu'il irait loin", se rappelle et ancien disquaire

Depuis ce premier concert, Walter Houwaert est retourné voir Johnny Hallyday à 45 reprises, en France ou en Belgique. Il se souvient encore avec émotion du jour où il a pu converser avec le chanteur, un soir après un concert, à la "Friture René" à Anderlecht. "Il était 2h du matin, le patron n'était pas très content", se remémore-t-il.

Il faut dire que les frites sont une grande tradition pour Johnny Hallyday. Un jour, explique Eddy Przybylski, auteur d'un livre sur le chanteur, "il s'est fait escorter à la friterie place Jourdan après un repas chic pour faire goûter à sa femme Laeticia les 'meilleures frites de la capitale'".

"Johnny Hallyday avait ses petites habitudes à Bruxelles. Manger des frites en faisait partie", conclut-il.

A. D.

Retrouvez l'article original sur RTBF