PresenZ, la start-up belge qui veut s'imposer dans le secteur de la réalité virtuelle grand-public

Le confinement a généré une explosion du visionnage de films en streaming et la réalité virtuelle à la maison a elle aussi connu son coup d’accélérateur.

Focus sur PresenZ, une entreprise belge qui est à la pointe dans les deux domaines.

Réalité virtuelle est souvent synonyme de jeux vidéo. Ici, il est plutôt question de divertissement, de films d’animation, de blockbusters en images de synthèse. L’entreprise bruxelloise dispose d’une technologie qui permet de transformer un film déjà créé en film immersif. Leur produit est donc une espèce de format de film.

PresenZ vient s’insérer tout à la fin de la chaîne de production d’un film, avec des plug-in, une espèce d’étape de traitement qui permet de visionner un film à l’aide d’un casque de réalité virtuelle plutôt que sur un écran. L’expérience est assez bluffante. Vous êtes en fait présent au beau milieu d’une scène de film en images de synthèse, téléporté en quelque sorte au beau milieu par exemple d’une scène d’action, de combat entre robots, et vous pouvez bouger la tête pendant le visionnement, vous déplacer dans l’environnement virtuel sans que ça crée de nausées.

Il a fallu cinq ans de recherche et développement à PresenZ. Leur technologie est aujourd’hui brevetée en Europe, aux États-Unis au Canada et au Japon. Jusqu’ici cette réalité virtuelle était plutôt limitée à un public de niche. Nous sommes à présent à un point de basculement, celui de la dématérialisation de la réalité virtuelle, et donc aussi d’un accès étendu pour le grand public à ces formats en immersion – AR, VR, XR, pour toutes les variantes de dénomination.

"Ce qui se passait précédemment, c’est que pour faire la réalité virtuelle, soit vous aviez un gros PC de gamer, de joueur de jeux vidéo, avec quand même un certain coût, un entretien, des pièces à remplacer assez souvent, ou bien vous aviez un casque de réalité virtuelle tout-en-un, mais qui était automatiquement très limité dans sa capacité graphique", explique Tristan Salomé, l’un des fondateurs et le CEO de PresenZ.

Il poursuit : "Et il y a quelque chose qui est en train de se passer maintenant qui est en train de modifier tout ça, c’est ce qu’on appelle le streaming XR, donc le streaming de la VR et de l’AR. Le principe est le même de dématérialisation auquel on a assisté au niveau de la musique ou au niveau du film. Et donc, maintenant, la VR peut aussi être streamée."

La concurrence des géants du web

Il se passerait donc la même chose avec la réalité virtuelle qu’avec les films ou la musique. Le marché de cette réalité virtuelle est encore naissant, mais il est en croissance de 70 à 80% par an et il pourrait représenter des centaines de milliards de dollars d’ici à cinq ans, toutes applications confondues, justement grâce au streaming des contenus.

La course est lancée entre géants du secteur. Amazon, Apple ou Google… tous sont dans la course. Comme l’explique Matthieu Lebeau, directeur opérationnel chez PresenZ, "on n’est pas les seuls à faire des recherches pour développer un format de film immersif, des acteurs comme Google sont très actifs aussi, ce qui montre qu’on est tout à fait sur la bonne voie. Si Google met de l’argent dans le développement de technologies, ça veut dire qu’on est en train de faire des choses qui sont très intéressantes".

Une telle concurrence n’est pas sans risques. "Il y a un risque d’acquisition de la part de Google. Mais on est encore en avance sur les autres qui sont en train de faire des recherches dans le même domaine", affirme Matthieu Lebeau.

La start-up est depuis le mois de mai l’un des sept partenaires — le seul belge — de Nvidia, un géant californien spécialisé dans la fabrication de puces, processeurs, cartes graphiques pour PC et consoles de jeux, et qui vient de lancer sa plateforme de streaming justement en réalité virtuelle.

À part pour le divertissement et les jeux vidéo, la réalité virtuelle en streaming peut aussi servir pour l’architecture et le design. Ces domaines sont très friands de ces possibilités de visite virtuelle de projets de construction ou de rénovations encore en cours, de prévisualisation en immersion.

Am.C avec M.P.

Retrouvez l'article original sur RTBF